navigation

Atlas de la radio (4) : une visualisation des déserts radiophoniques 22 janvier 2014

Posté par Le Transistor dans : Cartographie , trackback

Après avoir représenté la répartition par département de 1159 établissements radiophoniques recensés, un pointage plus fin permet aujourd’hui de les localiser à la commune. L’occasion de distinguer concrètement les terroirs ne disposant d’aucune radio de proximité.

De Agen (47) à Yzeure (03), le recensement des stations FM métropolitaines permet de pointer 610 communes françaises où au moins un établissement radiophonique est implanté.

Afin d’identifier les territoires souffrant d’un manque d’équipement en radio locale, un rayon de trente kilomètres est déterminé autour des 610 communes recensées ; ce rayon apparaissant comme une distance minimum et pertinente au delà de laquelle l’éloignement se fait sentir.
Passés ces trente kilomètres de distance, apparaissent sur la carte des territoires privés d’outil radiophonique local, et dans lesquelles les habitants, même s’ils captent un certain nombre de stations sur leur tuner, ne bénéficient pas de véritables possibilités d’expression, de communication, de divertissement ou d’information de proximité sur les ondes hertziennes. Ce sont là des espaces que l’ont peut qualifier de « déserts radiophoniques« .

letransistor_carte-deserts-radiophoniques_janvier2014

Fort logiquement, certains terroirs isolés ou peu peuplés apparaissent cruellement en tant que déserts radiophoniques (zones claires de la carte) :
- le Freto au sud de la Corse entre les agglomérations de Bonifacio et Porto-Vecchio, et le centre-ouest de l’île entre Porto et Corte,
- le Pays du Buëch et les Baronnies Provençales entre Ardèche et Hautes-Alpes (autour de Serres),
- la Cerdagne et le Conflent dans les Pyrénées-Orientales,
- l’Aubrac et le Nord Aveyron autour de Laguiole,
- les confins de la Lozère et de l’Ardèche autour de Langogne,
- le territoire compris entre Murat et Issoire, en passant par Brioude, entre Cantal, Haute-Loire et Puy-de-Dôme,
- les zones forestières situées au nord du département des Landes,
- la Charente limousine autour de Confolens,
- le Jura entre Morez et Poligny.
- la région forestière de la Sologne.

Les déserts radiophoniques identifiés ne sont cependant pas forcément tous là où on les attendait. Des territoires moins éloignés des axes de communication et des grands centres urbains souffrent également d’un manque de présence radiophonique locale. Les zones blanches les plus importantes en superficie étant les suivantes :
- une bande allant de Nogent-le-Rotrou à Livarot en passant par L’Aigle en Basse-Normandie,
- la zone située à l’est de la Seine-Maritime autour d’Aumale,
- l’Argonne ardennaise entre Vouziers et Sainte-Menehould,
- le plateau de Langres, le Châtillonnais, le Bassigny et la région de Chaumont (Haute-Marne).

Ces entités géographiques étant dépourvues de ce que l’on pourrait désigner par des « radios de pays », il n’y est pas possible pour les habitants, les associations et les entreprises locales d’y communiquer sur les ondes, où même pour des jeunes de s’investir dans la découverte de la radio et le bénévolat, hors d’internet. L’identification des zones rurales ou isolées listées ici permet donc de rappeler que la radio est aussi un formidable outil d’aménagement du territoire.


A lire sur le même sujet :
L’atlas de l’audience radio en France (première partie)
L’atlas de l’audience radio en France (deuxième partie)
- Atlas de la radio (3) : recensement des stations FM métropolitaines

Commentaires»

  1. Bonjour et merci pour vos excellents articles, il y a une précision que j’aimerais apporter à cet atlas de la radio que vous cherchez à constituer. Je suis deux-sévrien et je constate que vos cartes indiquent un total de 6 établissements radiophoniques dans ce département alors que pour ma part, je n’en identifie que quatre : Radio Val d’Or, Radio D4B, Radio Gâtine et Collines FM, c’est-à-dire que la ville de Niort est malheureusement dépourvue d’une radio locale propre. Mais peut-être pouvez-vous infirmer cette précision… Merci en tout cas de la prendre en considération et à très bientôt !

    Répondre

    • Bonjour Cédric et merci pour ce commentaire.
      Pour les Deux-Sèvres, en plus des quatre radios citées, je recense également deux antennes locales dépendant d’un réseau : NRJ Niort et RTL2 Niort. Ces stations de catégorie C disposent de studios niortais assurant aussi des programmes locaux.

      Répondre

  2. D’accord, je comprends mieux mais je pensais que ces stations n’étaient pas considérées comme des établissements radiophoniques au sens strict. Enfin, je vous remercie de votre réponse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus