navigation

Deux anniversaires… et une nécro (Radio 7) 20 juin 2012

Posté par Le Transistor dans : Archives,France Info,Histoire,Le Mouv',Radio France , 6 commentaires

Deux anniversaires... et une nécro (Radio 7) dans Archives Radio7-300x151Alors que l’on fête les vingt-cinq ans de France Info (née le 1er juin 1987) et les quinze ans du Mouv’ (né le 17 juin 1997), c’est le moment de ressortir la nécro de Radio 7, cette antenne qui a précédé l’une et inspiré la création de l’autre. Entre les bulles de champagne sortons un mouchoir pour se souvenir de la défunte station pour les jeunes lancée par Radio France.

C’était le 2 juin 1980, le service public lançait son septième programme sur 99.7 MHz pour tenter de contenir un mouvement des radios libres qui se faisait de plus en plus pressant. Mais pas mal de rock, un ton jeune et décalé ne suffisent pas sur cette unique fréquence parisienne dévolue à Radio 7 pour s’imposer face à la déferlante de stations qui noie la FM un an plus tard. Trop tard, la radio n’arrivera jamais à s’imposer malgré deux fréquences à Paris dès 1984 (91.3 et  91.7), un luxe vu l’encombrement de l’éther parisien. Le 28 février 1987 (tiens, un 7 !), Radio 7 cesse d’émettre. Elle laisse la place à France Info trois mois plus tard.

Dix ans plus loin, le service public lance une nouvelle radio ciblée pour les jeunes. Le 17 juin 1997 (tiens, encore un 7 !), le Mouv’ se lance sur les ondes dans dix-sept ( toujours un 7 !) villes de France. Un embryon de couverture FM qui en son temps aurait fait rêver Radio  7… et l’aurait peut-être sauvée.

Pour conclure cette nécro, écoutons quelques archives sonores de Radio 7, afin d’en saisir l’ambiance et le ton particulier.

Le jingle « chaussettes » en 1980 :

Un bulletin météo, un jour de 1983 :

Eté 1983, un jingle et une intervention de Jeff (Jean-François Bouquet) :

Une promotion pour la « Friday night mastermix dance party » de Robert Lévy-Provençal en 1985 :

Frédéric – RadioBrest.net

L’indicatif de France Info sous toutes ses coutures 4 juin 2012

Posté par Le Transistor dans : Amusant,Archives,France Info,Habillage,Radio France , 4 commentaires

L'indicatif de France Info sous toutes ses coutures dans Amusant letransistor_bandeau-logos-franceinfo

Pour continuer à célébrer les 25 ans de France Info, penchons-nous à présent sur son habillage, et plus particulièrement son indicatif. Ces dix notes gravées désormais dans l’inconscient collectif français, cette mélodie qui identifie instantanément la chaîne d’information depuis un quart de siècle.

Pour la petite histoire, cette signature a été imaginée par Gérard Calvi, compositeur de nombreuses oeuvres pour la radio publique dans les années 50 et 60, et de thèmes joyeux pour le théâtre et le cinéma, notamment pour Pierre Tchernia et les adaptations d’Astérix en films d’animation, ainsi que pour la troupe des Branquignols, dont il est l’un des fondateurs à l’après-guerre (1).
L’anecdote ne serait pas complète sans mentionner que Gérard Calvi est le père du journaliste Yves Calvi, qui contribua justement aux premières années de France Info, avant de passer par RMC, Europe 1, France Inter puis RTL (2).

Gérard Calvi compose donc en 1987 le fameux indicatif en fa majeur (si bémol la do / do fa sol la si bémol la fa), qui aux débuts de la station sera habillé de paroles (3) :

Ces déclinaisons chantées seront abandonnées en 1989 pour une version plus sobre et convenant certainement mieux à une chaîne d’information :

A partir de 1990, la voix féminine est totalement écartée, et seule la version instrumentale du thème est diffusée :

A la fin des années 1990, le sonal archi-diffusé et usé jusqu’à la corde est enfin ripoliné pour passer dignement l’an 2000 :

Il est ensuite plus sérieusement modernisé en 2007 pour les 20 ans de France Info par le studio Novaprod Owl et le compositeur Fred Léonard :

Puis enfin, deux ans plus tard, le musicien électro Arnaud Rebotini en livre une version 2009 assez décriée et rejetée par les auditeurs fidèles de France Info :

L’acteur Kad Merad ira même de son petit commentaire à ce sujet lors d’une interview sur la chaîne :

Une version de l’indicatif à la guitare existe à ce propos bel et bien ; elle fut diffusée furtivement lors de la nuit du passage à l’an 2000 :

Cette même nuit, fut d’ailleurs également l’occasion d’entendre une version samplée et sratchée du thème pour un rap de trente secondes à la gloire de France Info !

Et puis, cerise sur le gâteau, une déclinaison bretonnante fut même diffusée durant toute une journée en mai 2009 :

Etonnant, non ?

(1) Dictionnaire de la radio, PUG-INA 1997
(2) Télérama du 9 avril 1997
(3) Télérama du 9 janvier 2008

 

1er juin 1987 : France Info ouvre son antenne par un interminable blanc 1 juin 2012

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Amusant,Anniversaires,Archives,France Info,Histoire,Radio France , ajouter un commentaire

1er juin 1987 : France Info ouvre son antenne par un interminable blanc dans Actualité franceinfo_logo_1987-150x69Lundi 1er juin 1987. 6h59. Jérôme Bellay, créateur de France Info et par ailleurs directeur de la rédaction de France Inter, présente brièvement sur les ondes son nouveau bébé puis laisse la parole au PDG de Radio France, Roland Faure, pour lancer officiellement la première radio d’information continue en Europe. S’en suit un interminable blanc à l’antenne en raison de la ponctualité du grand patron. Celui-ci tient à ouvrir l’antenne à l’heure pile, et ne s’embarrasse pas d’un long discours pour meubler les secondes précédant 7 heures.

Manuel Ferreira, le technicien présent derrière la console à ce moment résume l’anecdote dans Libération : «Jérôme Bellay m’avait demandé de couper le tapis musical qui occupait la fréquence un peu avant 7 heures du matin afin qu’il puisse lancer le président. Ce que j’ai fait. Imperturbable, Roland Faure a regardé la pendule et n’a rien dit. Il a attendu 7 heures pétantes. C’est vraiment long, quarante-deux secondes de blanc à l’antenne !» (1)

Voici donc ce que les auditeurs curieux du lancement de France Info ont pu entendre sur les sept premières fréquences de la station (Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Clermont-Ferrand, Le Mans et Mulhouse) à 6h59 ce 1er juin 1987 :

 

Ainsi démarra curieusement ce nouveau concept de station d’information permanente, concept par ailleurs réglé comme du papier à musique : un bulletin d’actualités de sept minutes chaque demi-heure, un rappel des titres tous les quarts d’heure, le tout entrecoupé de chroniques pratiques et de points rapides sur la bourse, la météo et les sports, et cela de 7 heures du matin à minuit trente.

 dans AmusantUne architecture de grille inspirée des radios « tout info » (« all news ») découvertes par Jérôme Bellay lors d’un voyage aux Etats-Unis en 1986 ; à l’image de WINS à New-York, qui délivre des faits en continu, sans s’étaler dans le commentaire. (2)

Bellay explique à la presse en 1987 vouloir créer « un self-service de l’actualité pour l’homme pressé » et délivrer « de l’information de consommation » pour des auditeurs qui « resteront à l’écoute un quart d’heure en moyenne ». (3)

Autorisé par la CNCL (Commission Nationale de la Communication et des Libertés, ancêtre du CSA) le 24 février 1987, le projet France Info est construit en trois mois par les équipes de la Maison ronde sur les cendres de Radio 7, la première expérience de radio jeune du service public qui disparaît après sept années d’existence pour laisser ses locaux et son budget (4 millions de francs) à la station d’information permanente. Cette décision de Roland Faure est d’ailleurs considérée comme très expéditive par les employés de Radio France. A cette contestation interne s’ajoute un scepticisme amusé chez les professionnels du secteur radiophonique sur ce concept « tout info », au moment où la tendance est plutôt à l’ouverture de réseaux musicaux.

Emmenées par deux rédacteurs en chef (Pascal Delannoy et Freddy Thomelin), 25 personnes s’activent néanmoins pour le lancement de France Info : dont sept techniciens venus de Radio 7, et 16 présentateurs en provenance de France Inter ou du privé, comme Michel Goujon, Marc Crépin, Denis Lemarié, Jacques Legros ou Anne Hudson, seule voix féminine. (4)

franceinfo_publicite1991-164x300 dans AnniversairesChaque journaliste assure une demi-heure de présentation à tour de rôle avec un style sobre, sans « bonjour » ni « au revoir », le ton est uniforme et l’antenne presque anonyme. Pour les correspondances et reportages, on utilise l’ensemble des ressources de Radio France : rédactions de France Inter et des radios locales, bureaux à l’étranger…

On retrouve également sur l’antenne des voix bien connues des auditeurs de France Inter pour traiter du sport (Jean-Paul Brouchon), de la météo (René Chaboud et Jacques Kessler), de la bourse (Jean-Pierre Gaillard) ou de la circulation (Michel Berga et Christian Magdeleine).

Le reste du temps d’antenne (20%) est occupé par des chroniques multidiffusées ne dépassant jamais deux minutes. Les premiers modules s’intéressent à la médecine et au bien-être (Anne Jeanblanc), aux potins et indiscrétions (Paul Wermus), au jardinage (Michel Lis), à la gastronomie (Jean Ferniot), ou à la religion (François Foucart).

Peu après seront introduites de nouvelles chroniques qui resteront longtemps familières aux auditeurs de France Info : les livres (par Philippe Vallet), les stars (par Bernard Stéphane), les tendances (Yolaine de la Bigne pour Quelle époque épique !)… (5)

Le mélange de tout ceci rend l’antenne assez froide et les débuts de la chaîne ne sont pas accueillis de manière très enthousiaste par les observateurs :  « robinet à nouvelles », « radio lue et répétitive », « cadre rigide et figé », « absence de préoccupation sonore », « radio ultra-mécanisée » sont les critiques les plus répandues dans la presse à l’époque. (6)

Les auditeurs semblent cependant adhérer au « produit » car les premiers résultats d’audience sont plus qu’encourageants : un an après sa création France Info est déjà écoutée par plus d’un million de personnes. (7)

Forte de ce succès, Radio France va petit à petit développer les moyens de la station, la dotant d’une véritable rédaction séparée de celle de France Inter, de reporters de terrain, de voix plus nombreuses et variées.

De nombreux journalistes et chroniqueurs vont ainsi passer plus ou moins brièvement par France Info, avant de se faire davantage connaître sur d’autres antennes : Patrick Boyer, Christophe Hondelatte, Pascale Clark, Alain Passerel, Christophe Crénel, Damien Givelet, Yves Calvi, Nicolas Poincaré, Jean-Michel Dhuez, Michel Cymes, Alex Taylor, Patrick Roger, Laurence Ferrari, Harry Rozelmack…

franceinfo_logo2008-150x150 dans Archives25 ans après son lancement, la station d’information en continu fête aujourd’hui son anniversaire dans un contexte favorable. Les derniers sondages de Médiamétrie lui octroient 4,7 millions d’auditeurs, à égalité avec Europe 1 (8). Solidement installée dans le paysage médiatique, France Info dispose désormais d’une rédaction forte de 150 personnes et a su gommer avec le temps les défauts de sa naissance. La répétition et la froideur des débuts ont en effet fait place à une antenne beaucoup plus humaine et habitée, et surtout beaucoup plus surprenante et éclairante.

(1) Libération du 1er juin 2007
(2) Radio le Magazine n°4 – juillet 1992
(3) Le Monde Télévision du 11 février 2001
(4) Libération du 29 mai 1987
(5) Télérama du 26 février 1997
(6) Le Monde, Télérama, Libération
(7) Radioactu – 21 mai 2012
(8) 126 000 Radio – janv-mars 2012 – 13 ans et +
Illustration : encart publicitaire de France Info dans le Guide de la radio Télérama, octobre 1991.

 

France Info express, 17h45 8 janvier 2011

Posté par Le Transistor dans : Anniversaires,Archives,France Info,Radio France , ajouter un commentaire

franceinfo1997.jpg  8 janvier 1996 : une seule information tourne en boucle toute la journée sur France Info…

 

Vous avez demandé Inter ou Culture ? Regardez plutôt TF1 ! 4 mars 2010

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Amusant,France Info,France Inter,Radio France,Revue de presse , ajouter un commentaire

Les très bons résultats obtenus par les programmes de France Inter et France Culture dans la récente enquête de Médiamétrie sur l’écoute de la radio de rattrapage semblent avoir donné des idées au groupe TF1 pour le référencement de ses contenus sur Google…
Une anecdote à lire sur Nouvelobs.com : « TF1 squatte-t-il les podcasts de Radio France ?« .

 

 

123

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus