navigation

Radio et voiture : quinze jingles à écouter en roulant 9 octobre 2014

Posté par Le Transistor dans : Amusant,Archives,Europe 1,Europe 2,Fun Radio,Habillage,Nova,NRJ,RTL,Skyrock , ajouter un commentaire

letransistor_visuel-funradio-1990_serge-clerc

En cette semaine où l’automobile tient salon à Paris, et après avoir recensé les différentes séries limitées liées à la FM, continuons à évoquer la bagnole par le biais de la radio et de ses jingles.

Outil privilégié de distraction, d’évasion ou d’information de l’automobiliste, la radio aime régulièrement utiliser les univers de la route et de la voiture dans ses habillages d’antenne. Que ce soit au premier degré, comme au second.

Voici une petite sélection de quinze jingles et promotions issus du patrimoine radiophonique français dans lesquels volant, vitesse et véhicules tiennent le premier rôle.


1976 – Europe 1

Qui dit radio et voiture dit forcément Europe-stop ! Difficile de ne pas évoquer tout d’abord ce jeu culte inauguré lors des vacances de Noël 1975 sur Europe 1.
Voici le jingle qui annonçait l’opération sur l’antenne : « Roulez avec Europe 1 ! »

 

1978 – RTL

Autre rendez-vous culte de la radio des années soixante-dix, Les Routiers sont sympas présenté chaque soir par Max Meynier sur RTL entre 1972 et 1983. Voici un des jingles d’époque à la mélodie guillerette.

 

1982 – Europe 1

Un nouvel indicatif pour le fameux Europe-stop d’Europe 1.

 

1986 – NRJ

« - Dites madame, je vous fais le plein de super ?
- Mais c’est toujours du super sur NRJ ! »

 

1986 – Skyrock

Voici une des célèbres bandes-annonces qui ont fait la réputation de « la superradio » dans les années quatre-vingt. Alain Dorval y interprète un Mad Max qui « dévore le bitume » en écoutant « Skyrock au maximum ».

 

1987 – Chic FM

« Roulez, roulez Chic. Changez, changez d’air. Chic FM. »

 

1987 – Kiss FM

« Dans ma voiture, à toute allure, j’écoute Kiss FM ! »

 

1987 – Kiss FM (2)

En 1987, Arthur est le tout jeune matinalier du réseau Kiss FM. Voici une promotion de l’époque à laquelle il prête sa voix : « Kiss FM, personne ne lui résiste », pas même les pandores prêts à vous verbaliser pour excès de vitesse.

 

1988 – NRJ

« Loin de la fureur des klaxons, dans ma voiture je monte le son ! Y’a la musique évasion d’NRJ ». Un jingle signé par les frères Costa.

 

1989 – Fun Radio

Encore une histoire de chauffard et de flic conciliant dans ce jingle de « la meilleure radio » en 1989, avec la grosse voix de Lucky Blondo.

 

1990 – Europe 2

En 1990, Didier Barbelivien signe l’habillage d’Europe 2, et en particulier ce long jingle dans lequel on écoute le « programme musique » en sortant du bureau et du lycée, « dans les autos, sur les motos » !

 

1991 – NRJ

« Don’t panic, in the traffic ! You could keep it cool, for the music’s good, on NRJ. » Un jingle à nouveau signé et interprété par les frères Costa.

 

1995 – Fun Radio

« Bienvenue sur la super autoroute de la zique ! » Avec la voix d’Emmanuel Curtil.

 

1999 – Europe 2

A l’époque où Europe 2 est « gravement groove », Eric Lange et Catherine Lans prêtent leurs voix à ce jingle décalé : « si vous laissez votre groove dans la voiture, ouvrez un petit peu la fenêtre, lui aussi peu avoir chaud ».

 

2013 – Nova

Un des fameux tops horaires de Nova :
« - Moi j’irais pas à la campagne avec des gens que je connais pas.
- Tu parles comme si tu t’étais jamais faite baisée dans une bagnole.
- Oui, oh ben, si on avait été présenté, mademoiselle Zaza, monsieur Machin, qu’on ait pris un verre ensemble, bon alors là, c’est normal, une fois dans la voiture… crac ! »


Illustration : publicité Fun Radio en 1990 par Serge Clerc

 

50 ans de France Inter, 50 ans d’indicatifs 6 décembre 2013

Posté par Le Transistor dans : Anniversaires,Archives,France Inter,Habillage,Radio France , 16 commentaires

8 décembre 1963 : à l’initiative de Roland Dhordain, la radio publique RTF Inter est modernisée et rebaptisée France Inter. Cinquante ans plus tard, le groupe Radio France célèbre l’anniversaire de son navire amiral avec un week-end rempli d’émissions spéciales et un grand concert parisien dimanche soir.

FranceInter_Visuel-50ans

Ajoutons notre pierre à ces festivités, avec un historique des différents indicatifs utilisés par la chaîne depuis ses débuts.
Ces thèmes musicaux diffusés chaque heure permettent l’identification immédiate du programme par l’auditeur et sont les illustrations synthétiques des couleurs d’antenne qui se succèdent depuis cinquante ans. Etant censés coller à l’air du temps, ils constituent en outre d’importants marqueurs sonores d’une époque. Ont-ils pour autant tous durablement marqué les esprits ? A vous d’en juger en parcourant ce musée sonore des identifiants de France Inter, organisé sous forme de chronologie.


1963-1964

Lors des premiers mois de la chaîne, France Inter ne dispose pas de véritable indicatif. Composé par Bernard Parmegiani et le Groupe de Recherches Musicales, c’est le thème annonçant les bulletins d’information Inter Actualités qui revient le plus régulièrement sur l’antenne.


1965-1968

A partir de janvier 1965, une véritable mélodie mémorisable fait son apparition sur l’antenne à la suite des quatre bips de chaque heure. Celle-ci est imaginée par le compositeur Claude Bolling et elle sera déclinée dans de nombreux styles musicaux pour illustrer les différentes émissions de la chaîne lors des saisons qui suivent.

 

Octobre 1968
En octobre 1968, le thème est considérablement modernisé dans cette version très éphémère.

 

1968-1969
La version définitive diffusée toute la saison 1968-1969 est encore davantage rythmée et guillerette.

 

1969-1970
Retour à une version plus classique de l’indicatif lors de cette saison.

 

1970-1975
A la rentrée 1970, seules les huit premières notes du thème de Claude Bolling sont conservées dans cette nouvelle déclinaison au xylophone.

 

Début 1975
Le 6 janvier 1975, Radio France est créée sur les cendres de l’ORTF, scindé en sept sociétés distinctes. A l’occasion du lancement ce ce nouvel établissement public de radiodiffusion, France Inter se pare d’un tout nouvel habillage futuriste utilisé durant un temps très court.

 

1975-1978
Le court indicatif diffusé durant ces trois saisons commence à s’écarter du thème original de France Inter.

 

1978-1983
Changement total de mélodie en octobre 1978.

 

1983-1989
C’est en 1983 que la couleur d’antenne de France Inter rentre pleinement dans le son des années 80 à l’occasion d’un nouveau thème musical qui sera décliné en trois variantes : deux versions diurnes plus ou moins lentes et une orchestration plus délicate diffusée uniquement la nuit.

 

1989-1990
L’indicatif utilisé durant cette saison reste dans le même esprit reposant que ses prédécesseurs.

 

1990-1994
Changement radical d’inspiration en 1990. Pour la seule fois de son histoire, France Inter met à l’antenne un indicatif chanté, à l’image de ce qui se fait sur les radios FM. L’utilisation de ce choeur féminin donne durant quatre saisons une couleur beaucoup plus rafraîchissante à l’antenne.

 

1994-1999
L’habillage de France Inter prend une nouvelle direction en 1994, avec ce gimmick composé par Richard Lornac, le pianiste des émissions d’humour de la chaîne (Rien à cirer, Le Fou du Roi, On va tous y passer…).

 

1999-2006
En 1999, c’est le thème du compositeur Philippe Delettrez qui est choisi pour habiller l’antenne.  La version courante interprétée au synthétiseur est accompagnée d’une déclinaison plus légère de la phrase musicale à la guitare, majoritairement utilisée le week-end.

 

2006-2008
A compter de 2006, sous l’impulsion de Bruno Carpentier, responsable de la couleur d’antenne de France Inter, les indicatifs de la station évoluent par petites touches chaque saison afin de ne pas rester figés dans un environnement sonore rapidement dépassé.
La mélodie de 1999 est conservée mais réorchestrée par Philippe Delettrez dans de multiples versions plus modernes. Leur diffusion dépend du moment de la journée ou de la semaine, et de l’ambiance propre à chaque créneau horaire (session d’information, émission de divertissement, rendez-vous calme ou rythmé…).

 

2008-2011
Toujours en restant dans le même environnement musical, le thème de France Inter évolue délicatement : les notes de la signature finale sont conservées, mais introduites désormais par une nouvelle mélodie. Celle-ci est plus ou moins resserrée selon les créneaux de la journée.

Lors de la saison 2010-2011, une nappe à la tonalité plus positive et optimiste vient souligner les notes de fin d’indicatif.

2011-2014
En 2011, Philippe Delettrez réenregistre la signature de France Inter avec l’aide de l’Orchestre National de France. Bien que fidèles aux habillages précédents, les nouvelles versions de l’indicatif sonnent un peu plus naturelles grâce à l’utilisation d’instruments à corde. Sur l’antenne, le principe d’utilisation est toujours le même : les différentes déclinaisons, plus ou moins solennelles ou rapides se succèdent selon le moment de la journée et l’ambiance des programmes.

Sources :
– enregistrements personnels
Franceinter.fr
Ina.fr
La Poêle à frire – Julien Baldacchino
Atlantic – Hervé Hist
– Un monde de sons – Antoine Blin

Décès de Bernard Parmegiani, compositeur électroacoustique et habilleur de la radio française 22 novembre 2013

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Archives,France Culture,France Inter,Habillage,Radio France , ajouter un commentaire

Le compositeur français Bernard Parmegiani est décédé ce 22 novembre à l’âge de 86 ans. Membre du GRM (le Groupe de Recherches Musicales) depuis 1959, Parmegiani était l’auteur de nombreuses oeuvres essentielles dans le domaine de la musique électroacoustique. Il a en outre réalisé quantité d’illustrations sonores pour le spectacle vivant, le cinéma et l’audiovisuel.

La radio française lui doit notamment deux thèmes importants :

30 ans de Nostalgie : 30 jingles à souffler 16 septembre 2013

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Anniversaires,Archives,Habillage,Nostalgie , 3 commentaires

30 ans de Nostalgie : 30 jingles à souffler dans Actualité letransistor_evolution-logos-nostalgie

Après avoir revendu au groupe Comareg Radio Contact, la radio locale qu’il avait créée avec succès en juillet 1981 à Lyon, Pierre Alberti, dynamique entrepreneur en démolition, lance le 16 septembre 1983 dans la ville une nouvelle station plus personnelle ne diffusant que les chansons de sa jeunesse (Cloclo, Adamo, Dalida…).
Coup de génie, le nom de baptême de ce programme générationnel unique en France est on ne peut plus clair sur sa promesse musicale : ce sera Radio Nostalgie !
La nostalgie de Pierre Alberti se propage alors très rapidement et la radio devient incontournable chez les Lyonnais de son âge. Le concept est ensuite étendu à d’autres villes de France, à commencer par Montpellier, via la méthode de la franchise.
Le développement s’accélère à partir de 1986 grâce aux émissions par satellite et à l’entrée de RMC au capital de l’entreprise. Non contente de disposer d’un énorme réseau national à la fin des années 80, Radio Nostalgie s’exporte ensuite en Belgique, puis à l’Est (Russie, Ukraine, Tchécoslovaquie), au Liban, au Portugal, et en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Togo, Sénégal). C’est à ce moment, au début des années 90, que Pierre Alberti se retire de l’aventure et confie le contrôle complet de sa radio à RMC.
Suite à la privatisation de RMC, la vache à lait Nostalgie est rachetée par NRJ Group en 1998. L’éditeur de stations musicales a depuis fait évoluer la radio en un programme « oldies » plus efficace et moins fourre-tout. Celui-ci fait toujours chanter les plus de 40 ans sur Cloclo ou Dalida, rejoints par Polnareff, Clerc, Berger et autres valeurs sûres des années 70.

Pour saluer en ce 16 septembre le trentième anniversaire de ce patrimoine national qu’est devenu Nostalgie, soufflons les trente bougies sonores disposées ici. Trente jingles kitsch et amusants représentatifs de trois époques de la station.

Dans les années 80, l’habillage de Radio Nostalgie part bien souvent dans tous les sens. Les stations locales du réseau s’en donnent alors à cœur joie pour réaliser leurs propres parodies musicales, comme ici Nostalgie Longwy avec Village People et Nostalgie Nice avec Gérard Blanc.

Années 90. Un petit tour à Montauban s’impose. Nostalgie Tarn-et-Garonne s’y fait alors une spécialité de saloper les jingles du réseau en les faisant réinterpréter par deux étranges choristes aux capacités vocales douteuses soulignées par un écho discutable.

A partir de 1998, NRJ Group entre dans la danse et propose aux célèbres frères Costa (Freeway Music Business) d’habiller la radio. Ceux-ci se feront un plaisir de créer de très nombreuses adaptations souriantes des morceaux phares de la programmation. Voici les meilleures :

Une radio tunisienne a « emprunté » les jingles de Radio 6 26 juin 2013

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Amusant,Etranger,Habillage , 1 commentaire

Une radio tunisienne a Depuis la révolution tunisienne de janvier 2011, plusieurs radios libres ont vu le jour dans le pays. Parmi elles, Radio 6, une station qui existait depuis 2007 sur le web et qui s’est lancée sur les ondes en février 2011.
Radio 6 (car elle a six fondateurs) a peu de moyens. Alors, pour son habillage, elle est allée se servir en France. Et l’on peut ainsi entendre sur 97.2 FM à Tunis des jingles de Radio 6, la station basée à Calais !

« On est au courant mais on ne peut pas faire grand chose », souligne Olivier Piochon, directeur d’antenne. « Ce qui aurait été sympa, c’est qu’ils nous contactent. »
logo_radio6-france-calais dans AmusantAprès tout, la radio de la Côte d’Opale a tout un stock de jingles qu’elle n’utilise plus. Et puis, les radios libres qui démarrent avec trois francs et six sous, elle connaît. La station qui diffuse aujourd’hui de Dunkerque à Berck est née à Calais en pleine vague de libéralisation des ondes françaises, il y aura trente ans le 15 novembre prochain.

Frédéric – RadioBrest.net

12345...10

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus