navigation

17 juin 1997 : naissance difficile pour Le Mouv’ 17 juin 2012

Posté par Le Transistor dans : Anniversaires,Archives,Histoire,Le Mouv',Radio France , 6 commentaires

17 juin 1997 : naissance difficile pour Le Mouv’ dans Anniversaires lemouv_logo1997-petitSans tambour ni trompette, Le Mouv’ fête aujourd’hui son quinzième anniversaire. Les faibles résultats de la station, son maigre bilan, son déficit d’image et son histoire mouvementée incitent apparemment Radio France à faire profil bas pour l’évènement. Aucune déclaration ni émission spéciale ne viendront semble-t-il célébrer cet anniversaire.

Cette journée offre tout de même l’occasion de se pencher à l’aide de quelques archives sur les débuts difficiles de la station et l’histoire agitée de ses premiers mois d’existence.
Tout a donc commencé le mardi 17 juin 1997 à 13 heures par une déclaration de Michel Boyon, PDG de Radio France, et un bref montage sonore :

Lorsque Michel Boyon lance cette nouvelle antenne publique dédiée aux jeunes, la joie est toute relative au sein de la Maison ronde.
Le Mouv’ souffre tout d’abord de l’indifférence, voire de l’hostilité des personnels de Radio France. Personnels qui voient d’un mauvais œil cette nouvelle venue en raison de la culture du secret qui a entourée sa gestation, et des craintes liées à son coût de fonctionnement : faudra-t-il déshabiller d’autres antennes de Radio France pour « nourrir la petite dernière ? » [1].

Le contexte politique du mois de juin 1997 est par ailleurs loin d’être favorable à Michel Boyon, ancien conseiller ministériel sous des gouvernements RPR. Suite à la dissolution de l’Assemblée Nationale souhaitée par Jacques Chirac, le pays connaît sa troisième cohabitation et la nouvelle ministre socialiste de la Culture et de la Communication, fraîchement investie deux semaines plus tôt (Catherine Trautmann), s’intéresse de près aux chantiers audiovisuels lancés par les patrons nommés par la droite.

Ainsi, mise devant le fait accompli du lancement du Mouv’ à son arrivée, la ministre soutient le projet, mais lui donne tout de même trois mois pour faire ses preuves !

Sitôt la rentrée de septembre passée, le ministère de la Culture démarre donc une procédure d’évaluation du Mouv’ et envoie notamment un questionnaire à la présidence de Radio France sur les moyens, le contenu et le développement de la radio. [2]

Un audit approfondi est par ailleurs confié au SJTI (le Service Juridique et Technique de l’Information, dépendant de Matignon). Les conclusions du rapport sont dévoilées quatre mois plus tard, le 2 février 1998, et sont plutôt sévères sur les premiers pas de la station. Elles mettent notamment en exergue le manque de consultation au sein de Radio France sur le projet, un plan de diffusion aberrant, l’équilibre économique précaire du Mouv’, l’improvisation qui a régné lors de son lancement et des programmes à l’ambition plutôt floue.

 

« Le Mouv’ a été élaboré « à part » de l’entreprise » [3]

C’est là la faute originelle commise par Michel Boyon lors de la réflexion sur ce nouveau programme : il n’a pas jugé bon d’associer les différentes antennes de Radio France au projet, d’où une certaine défiance des personnels à son encontre.
A peine arrivé à la présidence du groupe fin 1995, Boyon est soucieux de rajeunir l’audience vieillissante des chaînes. L’idée d’une station censée attirer des oreilles plus jeunes vers l’univers de Radio France fait son chemin, et reçoit le soutien appuyé du ministre de tutelle de l’époque : Philippe Douste-Blazy.
Pas moins de 150 projets provenant de producteurs, journalistes et techniciens maison sont alors transmis à la tête de Radio France. Ces travaux ne seront cependant jamais réellement pris en compte, et Michel Boyon préfère missionner parallèlement sur le sujet un producteur de France Inter, Olivier Nanteau, conseillé par trois autres personnalités du monde de la radio : Marc Garcia (responsable de la programmation musicale de France Inter, auparavant fondateur et dirigeant d’Europe 2), Gilles Carretero (réalisateur à Radio France), et Joël Pons (ancien de Superloustic, réseau privé destiné aux enfants). [4]
L’attelage travaille alors dans le plus grand secret à ce que sera le contenu du Mouv’, en rapportant directement à Boyon leurs avancées et en utilisant une succession de noms de code pour désigner le projet : Arthurine, puis Alpha, puis Résoméga… [5]
Après un an de travail, de maquettes réalisées, d’embauches effectuées, le projet Mouv’ est prévu pour être lancé au mois de juin 1997. L’agenda politique va alors se superposer à l’agenda médiatique : la droite perd les élections législatives de mai 1997, et un gouvernement « Gauche plurielle » s’installe dans la foulée. A son arrivée rue de Valois, la nouvelle ministre de la Culture et de la Communication, alertée par les syndicats de Radio France, émet quelques réserves sur ce projet de radio publique montée sans réelles consultations et concertations. Michel Boyon n’en a cure et inaugure alors son bébé comme il l’entend, en passant en force.


« Le plus aberrant des plans de diffusion »
[6]

Comme l’écrit le Canard Enchaîné en 1998 : « un peu comme si une chaîne de supermarchés choisissait de planter ses magasins là où il y a des terrains vagues disponibles, mais sans savoir s’il y a le minimum vital de consommateurs dans le secteur. La radio jeunes de Radio France n’a pas du tout recherché les villes où le jeune se faisait abondant, mais seulement les villes où Radio France disposait de fréquences disponibles. »

Soucieux de sauvegarder la paix sociale à Radio France, Michel Boyon n’envisage ni de prendre des fréquences doublons aux autres chaines de Radio France (France Musique ou France Culture à Paris, Radio France Hérault à Montpellier…), ni de fermer certaines locales urbaines de FIP pour assurer un réseau de diffusion confortable au Mouv’. Seule Radio France Toulouse est purement et simplement supprimée pour faire place à la station jeune dans la deuxième ville étudiante de France.
letransistor_lemouv_frequences-1998-287x300 dans ArchivesHistoire de ne pas être accusé de favoritisme par les groupes radiophoniques privés, le gouvernement ne procède pas de son côté à d’éventuelles préemptions de fréquences, et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ne dégage aucune nouvelle ressource hertzienne. Ainsi obligée de rationaliser elle-même son parc d’émetteurs, Radio France en est donc réduite à utiliser les quelques fréquences disponibles dont elle dispose sur de petits bassins de population ; le réseau du Mouv’ est ainsi constitué essentiellement de villes moyennes dans des zones rurales où les étudiants se font rares.

Cette diffusion restreinte, éloignée de son public cible est un caillou dans la chaussure de Michel Boyon. Comment justifier un projet coûteux si son audience est certaine de rester confidentielle ?

 

« Un risque de dérive non négligeable du budget » [2]

Autre point reproché au Mouv’ : son coût de fonctionnement. Estimé à 33 millions de francs en 1998, il augmenterait de 25% par la suite en raison de l’enrichissement du programme, de l’extension de la diffusion, et surtout du déménagement et de l’installation de toute l’équipe à Toulouse à partir du 1er avril 1998.
letransistor_lemouv_publicite-tlse-1998-224x300 dans HistoirePrivée de fréquence parisienne, et boudée par les personnels de la Maison ronde, la station devient en effet le premier réseau national développé hors de Paris. Cette décentralisation engendre cependant un surcoût annuel de fonctionnement de 4 à 5 millions de francs. Des ressources doivent donc être trouvées et réparties au sein de Radio France. Les syndicats dénoncent par exemple à l’époque l’importante réduction du budget des émissions dramatiques de France Culture afin de tenir l’équilibre financier du Mouv’. [4]

 

« Les débuts de la station ont été marqués par un manque de rigueur et une certaine improvisation nuisibles à la crédibilité de l’antenne » [7]

Que peut-on entendre sur le Mouv’ lors de ses premières semaines d’existence ?
Assez peu de vie tout compte fait. Un unique animateur est présent dans les premiers temps : Tristan Pantalacci. Ce n’est qu’à la rentrée de septembre que l’antenne sera dotée d’une véritable grille des programmes et de voix plus nombreuses. En attendant, l’été s’écoule essentiellement avec un flux musical original et diversifié : du rock, de la pop, de l’électro, du rap, des artistes français très bien exposés et un chouïa de world-music deux fois par heure. A mi-chemin entre Radio Nova et Couleur 3, Le Mouv’ représente une véritable alternative musicale aux radios privées et célèbre la « fusion des genres, les nouveaux sons contemporains, et se fait l’écho des nouvelles tendances » [8].

Au milieu de cet océan de musique, « quelques îlots de sens » selon l’expression d’Olivier Nanteau, premier patron du Mouv’, mais aucun rendez-vous à heure fixe, afin de s’adapter aux pratiques d’écoute des jeunes, qui sont censés ne pas consommer les médias comme les autres et zappent énormément. [9]

Quelques courts bulletins d’information se font par exemple entendre à des horaires improbables, comme ici à 13h21 le 17 juin. Hervé Gardette présente le tout premier flash du Mouv’ :

D’autres contenus sur l’emploi, les études, le logement ou la santé déboulent sans crier gare avant de laisser à nouveau la place au flux musical automatisé (Le Mouv’ est alors la première station de Radio France entièrement numérisée et pilotée par informatique). Il s’agit le plus souvent de simples témoignages d’expériences recueillis par les quelques jeunes reporters du Mouv’. A l’image du tout premier sujet diffusé sur l’antenne à 13h13 le 17 juin : une interview d’un plagiste par Rebecca Manzoni.

Excepté ces quelques pastilles, l’antenne est donc bien morne jusqu’en septembre. D’autant que le premier habillage de l’antenne est ultra-répétitif et ne comporte que très peu de jingles :

Ce package peu diversifié présente également le défaut d’être peu compréhensible par l’auditeur distrait.  J’écoute quoi là ? Mou ? Houhou ? Gnouf ? Ouf ?

De nouveaux jingles plus intelligibles viendront donc compléter l’habillage dans les mois qui suivent.

 

« Une conception programmatique plutôt floue » [2]

A partir de septembre 1997, Le Mouv’ trouve sa vitesse de croisière et la grille des programmes s’installe véritablement, alimentée par l’ensemble des animateurs, journalistes, programmateurs et techniciens recrutés (une soixantaine de personnes).

letransistor_lemouv_equipe-1997-1998-petite-300x198 dans Le Mouv'letransistor_lemouv_noms-equipe-1997-1998_petite-300x198 dans Radio France
Les animateurs sont chargés de présenter les références musicales pointues et d’introduire les différents modules diffusés : des thématiques hebdos, quatorze flashes infos par jour, une revue de presse, un magazine de la rédaction de vingt minutes, des chroniques multidiffusées (Associations/initiatives, Bouquins, Cinéma, Economie, Europe, Formation, Logement, Médias, Multimédia, Santé, Tendances, Musique). [8]

letransistor_lemouv_programmes-1997-1998-petite-300x251

L’audit du SJTI pointe tout de même en 1998 des programmes dénués de repères horaires clairs et de contenus véritablement consistants, et appelle de ses voeux un recadrage de l’ensemble, à l’exception de la programmation musicale jugée suffisamment ambitieuse.

Et de réorientation il ne sera pas vraiment question dans les mois qui suivent. Olivier Nanteau va rester fidèle à son concept de « radio de flux » et seuls quelques ajustements du programme seront effectués à la marge durant la saison 1998-1999.

La formule expérimentale du Mouv’ n’évoluera véritablement qu’à partir de l’été 1999, sous l’impulsion de Marc Garcia, devenu patron de la station quelques mois plus tôt (Jean-Marie Cavada, le nouveau PDG de Radio France, le nomme le 8 mars 1999).

Garcia conservera l’ensemble des ingrédients du Mouv’ des débuts, mais en les ordonnant et les hiérarchisant. Le flux musical sera également revu et l’éclectisme fera place à une programmation centrée sur une niche plus marketing : le pop-rock.

En échange de ce virage éditorial censé attraper davantage d’auditeurs, Jean-Marie Cavada saura trouver de nouvelles fréquences urbaines au Mouv’ par l’intermédiaire du plan bleu (création de la marque France Bleu et rationalisation du parc de fréquences de Radio France).

Dès lors, cette « radio mal née » gagnera en visibilité et en audience, mais ne sera pas exonérée pour autant de nouvelles péripéties et de nouveaux débats quant à son utilité et sa réelle mission de service public.
Aujourd’hui, la station est finalement devenue sous l’impulsion de Jean-Luc Hees beaucoup plus culturelle et informative mais la question de sa survie se pose toujours au regard de sa confidentialité.

[1] Libération du 18 juin 1997
[2] Libération du 18 septembre 1997
[3] L’Express du 19 février 1998, entretien avec Francis Brun-Buisson, directeur du SJTI
[4] Télérama du 11 novembre 1998
[5] Libération du 6 mai 1996
[6] Le Canard Enchaîné du 18 mars 1998
[7] Libération du 17 février 1998
[8] Brochure de promotion du Mouv’, mai 1998
[9] Interview de Marc Garcia, Télérama du 27 octobre 1999

Illustrations : brochure de promotion du Mouv’, mai 1998

 

1er juin 1987 : France Info ouvre son antenne par un interminable blanc 1 juin 2012

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Amusant,Anniversaires,Archives,France Info,Histoire,Radio France , ajouter un commentaire

1er juin 1987 : France Info ouvre son antenne par un interminable blanc dans Actualité franceinfo_logo_1987-150x69Lundi 1er juin 1987. 6h59. Jérôme Bellay, créateur de France Info et par ailleurs directeur de la rédaction de France Inter, présente brièvement sur les ondes son nouveau bébé puis laisse la parole au PDG de Radio France, Roland Faure, pour lancer officiellement la première radio d’information continue en Europe. S’en suit un interminable blanc à l’antenne en raison de la ponctualité du grand patron. Celui-ci tient à ouvrir l’antenne à l’heure pile, et ne s’embarrasse pas d’un long discours pour meubler les secondes précédant 7 heures.

Manuel Ferreira, le technicien présent derrière la console à ce moment résume l’anecdote dans Libération : «Jérôme Bellay m’avait demandé de couper le tapis musical qui occupait la fréquence un peu avant 7 heures du matin afin qu’il puisse lancer le président. Ce que j’ai fait. Imperturbable, Roland Faure a regardé la pendule et n’a rien dit. Il a attendu 7 heures pétantes. C’est vraiment long, quarante-deux secondes de blanc à l’antenne !» (1)

Voici donc ce que les auditeurs curieux du lancement de France Info ont pu entendre sur les sept premières fréquences de la station (Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Clermont-Ferrand, Le Mans et Mulhouse) à 6h59 ce 1er juin 1987 :

 

Ainsi démarra curieusement ce nouveau concept de station d’information permanente, concept par ailleurs réglé comme du papier à musique : un bulletin d’actualités de sept minutes chaque demi-heure, un rappel des titres tous les quarts d’heure, le tout entrecoupé de chroniques pratiques et de points rapides sur la bourse, la météo et les sports, et cela de 7 heures du matin à minuit trente.

 dans AmusantUne architecture de grille inspirée des radios « tout info » (« all news ») découvertes par Jérôme Bellay lors d’un voyage aux Etats-Unis en 1986 ; à l’image de WINS à New-York, qui délivre des faits en continu, sans s’étaler dans le commentaire. (2)

Bellay explique à la presse en 1987 vouloir créer « un self-service de l’actualité pour l’homme pressé » et délivrer « de l’information de consommation » pour des auditeurs qui « resteront à l’écoute un quart d’heure en moyenne ». (3)

Autorisé par la CNCL (Commission Nationale de la Communication et des Libertés, ancêtre du CSA) le 24 février 1987, le projet France Info est construit en trois mois par les équipes de la Maison ronde sur les cendres de Radio 7, la première expérience de radio jeune du service public qui disparaît après sept années d’existence pour laisser ses locaux et son budget (4 millions de francs) à la station d’information permanente. Cette décision de Roland Faure est d’ailleurs considérée comme très expéditive par les employés de Radio France. A cette contestation interne s’ajoute un scepticisme amusé chez les professionnels du secteur radiophonique sur ce concept « tout info », au moment où la tendance est plutôt à l’ouverture de réseaux musicaux.

Emmenées par deux rédacteurs en chef (Pascal Delannoy et Freddy Thomelin), 25 personnes s’activent néanmoins pour le lancement de France Info : dont sept techniciens venus de Radio 7, et 16 présentateurs en provenance de France Inter ou du privé, comme Michel Goujon, Marc Crépin, Denis Lemarié, Jacques Legros ou Anne Hudson, seule voix féminine. (4)

franceinfo_publicite1991-164x300 dans AnniversairesChaque journaliste assure une demi-heure de présentation à tour de rôle avec un style sobre, sans « bonjour » ni « au revoir », le ton est uniforme et l’antenne presque anonyme. Pour les correspondances et reportages, on utilise l’ensemble des ressources de Radio France : rédactions de France Inter et des radios locales, bureaux à l’étranger…

On retrouve également sur l’antenne des voix bien connues des auditeurs de France Inter pour traiter du sport (Jean-Paul Brouchon), de la météo (René Chaboud et Jacques Kessler), de la bourse (Jean-Pierre Gaillard) ou de la circulation (Michel Berga et Christian Magdeleine).

Le reste du temps d’antenne (20%) est occupé par des chroniques multidiffusées ne dépassant jamais deux minutes. Les premiers modules s’intéressent à la médecine et au bien-être (Anne Jeanblanc), aux potins et indiscrétions (Paul Wermus), au jardinage (Michel Lis), à la gastronomie (Jean Ferniot), ou à la religion (François Foucart).

Peu après seront introduites de nouvelles chroniques qui resteront longtemps familières aux auditeurs de France Info : les livres (par Philippe Vallet), les stars (par Bernard Stéphane), les tendances (Yolaine de la Bigne pour Quelle époque épique !)… (5)

Le mélange de tout ceci rend l’antenne assez froide et les débuts de la chaîne ne sont pas accueillis de manière très enthousiaste par les observateurs :  « robinet à nouvelles », « radio lue et répétitive », « cadre rigide et figé », « absence de préoccupation sonore », « radio ultra-mécanisée » sont les critiques les plus répandues dans la presse à l’époque. (6)

Les auditeurs semblent cependant adhérer au « produit » car les premiers résultats d’audience sont plus qu’encourageants : un an après sa création France Info est déjà écoutée par plus d’un million de personnes. (7)

Forte de ce succès, Radio France va petit à petit développer les moyens de la station, la dotant d’une véritable rédaction séparée de celle de France Inter, de reporters de terrain, de voix plus nombreuses et variées.

De nombreux journalistes et chroniqueurs vont ainsi passer plus ou moins brièvement par France Info, avant de se faire davantage connaître sur d’autres antennes : Patrick Boyer, Christophe Hondelatte, Pascale Clark, Alain Passerel, Christophe Crénel, Damien Givelet, Yves Calvi, Nicolas Poincaré, Jean-Michel Dhuez, Michel Cymes, Alex Taylor, Patrick Roger, Laurence Ferrari, Harry Rozelmack…

franceinfo_logo2008-150x150 dans Archives25 ans après son lancement, la station d’information en continu fête aujourd’hui son anniversaire dans un contexte favorable. Les derniers sondages de Médiamétrie lui octroient 4,7 millions d’auditeurs, à égalité avec Europe 1 (8). Solidement installée dans le paysage médiatique, France Info dispose désormais d’une rédaction forte de 150 personnes et a su gommer avec le temps les défauts de sa naissance. La répétition et la froideur des débuts ont en effet fait place à une antenne beaucoup plus humaine et habitée, et surtout beaucoup plus surprenante et éclairante.

(1) Libération du 1er juin 2007
(2) Radio le Magazine n°4 – juillet 1992
(3) Le Monde Télévision du 11 février 2001
(4) Libération du 29 mai 1987
(5) Télérama du 26 février 1997
(6) Le Monde, Télérama, Libération
(7) Radioactu – 21 mai 2012
(8) 126 000 Radio – janv-mars 2012 – 13 ans et +
Illustration : encart publicitaire de France Info dans le Guide de la radio Télérama, octobre 1991.

 

Quand Europe 2 avait une forme olympique 8 février 2012

Posté par Le Transistor dans : Anniversaires,Archives,Europe 2,Histoire,Radio France , ajouter un commentaire

Quand Europe 2 avait une forme olympique dans Anniversaires AlbertvilleIl y a vingt ans, la France organisait les Jeux olympiques d’hiver à Albertville du 8 au 23 février. Pour l’occasion, Radio France transforme Radio France Savoie en « Info 92″. Mais la station publique décentralisée doit faire face à un challenger privé. Europe 2, partenaire de plusieurs radios locales fédérées par Altitude FM  (*) sur les sites olympiques, a mis le paquet pour ne pas passer à côté de cet évènement planétaire. Un second programme Europe 2 est mis en place quelques jours avant l’ouverture des Jeux depuis Albertville. Les radios savoyardes associées au réseau reprennent via satellite cet Europe 2… 2 !
Ce programme est sans animation musicale aux heures de la matinale, de midi et de la fin d’après-midi. Durant ces créneaux, les radios des sites olympiques diffusent un contenu local  à la play-list imposée pour éviter les doublons lors des raccrochages, plus bien sûr, les infos de Paris et les flashs olympiques d’Albertville. Et pour relier tout ce petit monde, des liaisons Numéris (un luxe pour l’époque). Côté animation, on retiendra la chaleureuse présence de Dominique Dufour, une animatrice québécoise de CITE Rock Détente et des émissions réalisées depuis Albertville en soirée par Richard Bohringer.

Intervention de Dominique Dufour :

Promotion pour l’émission de Richard Bohringer « C’est beau une ville la nuit » :

Jingle Europe 2 « l’émotion olympique » :

Brides FM raccroche sur le programme d’Albertville pour le flash olympique :


Zoom sur Brides FM, la radio du village olympique

logo_europe2_bridesFM dans ArchivesLe village olympique est basé à Brides, une station thermale de la Tarentaise. Pour les JO, la radio locale Brides FM qui couvre Courchevel et Méribel a renforcé son équipe. Un studio est installé à Méribel avec deux journalistes. La ville de Brides est pour la circonstance, à l’image de Berlin, séparée par un haut grillage très surveillé pour isoler la partie village olympique. Les studios de Brides FM sont situés juste en dehors de cet espace sous étroite surveillance appelée zone internationale. Pour l’occasion, Brides FM fait appel à Sydney, une animatrice d’une radio surf de Hawaï qui anime les soirées de la radio avec une musique très rock.


Frédéric – RadioBrest.net

(*) Altitude FM, créée en 1987, est une fédération qui regroupait des radios stations de sports d’hiver, surtout en Tarentaise. Les radios diffusaient un réseau mais étaient libres de leurs décrochages. Altitude FM a tout d’abord relayé RFM, puis Kiss FM. En janvier 1990, Altitude FM s’est associée à Europe 2. Les radios, toutes indépendantes, étaient les suivantes : Radio Val à Val-d’Isère (96.1), Altitude 3000 à Val Thorens (101.1), Brides FM à Brides-Les-Bains (97.9), Spot Radio Tignes (92.2), Radio Savoie Tarentaise à Albertville (101.6), Radio Avoriaz (Haute-Savoie 91,1), Radio Vars (Hautes-Alpes 101).

 

Décembre 1996 : crise de Rire au CSA 22 décembre 2011

Posté par Le Transistor dans : Archives,Cartographie,CSA,Histoire,NRJ,Rire et Chansons , 11 commentaires

Décembre 1996 : crise de Rire au CSA dans Archives rire.vignetteEn diffusant illégalement le programme de Rire et Chansons sur une cinquantaine de fréquences en France, le groupe NRJ se lançait  en décembre 1996 dans un bras de fer avec le CSA afin d’imposer la constitution de son troisième réseau. Voici un retour chronologique (et sonore) sur les tenants et aboutissants de cet épisode qui chamboulera définitivement le paysage radiophonique français.

1er février 1994 : la loi dite « Carignon » ouvre la possibilité d’augmenter le seuil de couverture à 150 millions d’auditeurs potentiels pour un même groupe. Dans la foulée, les principaux opérateurs nationaux investissent dans un troisième réseau :
- Le groupe Lagardère, déjà propriétaire d’Europe 1 et d’Europe 2 (et assurant la régie commerciale de Skyrock) prend des parts dans la station RFM ;
- La CLT, déjà propriétaire de RTL et Fun Radio, monte au capital de M40 pour la transformer en RTL1 ;
- La SOFIRAD, qui contrôle RMC et Nostalgie, acquiert le réseau Radio Montmartre.

Outre la marque NRJ, le groupe NRJ possède le réseau Chérie FM et cherche à développer son troisième bébé : Rire et Chansons, qui dispose uniquement d’une fréquence à Paris depuis fin 1989. Les tentatives de rachats d’autres stations nationales (RFM, Radio Montmartre) par le groupe n’ayant pas abouti, ses dirigeants se lancent dans une politique de prédation des fréquences des petits opérateurs locaux à travers le pays ; ils envoient des émissaires dans les stations indépendantes commerciales de catégorie B afin d’y faire des propositions financières importantes au nom de la société Radiofina notamment. Rachats, prises de participation, contrats de régie, tous les moyens sont bons pour s’assurer un contrôle d’un maximum de locales stratégiquement situées.
Problème : si le groupe NRJ met la main sur quelques stations en régions, leurs fréquences sont incessibles et la législation interdit aux stations de catégorie B contrôlées de reprendre un programme national identifié, et donc de passer en catégorie C (locales d’un réseau ou franchisées). Au nom du pluralisme et pour protéger les petits opérateurs de l’appétit des plus gros, le CSA veille à l’étanchéité des catégories de radio et a le pouvoir de retirer à un opérateur son autorisation d’émettre sans mise en demeure préalable, en cas de « modification substantielle des conditions d’exploitation » de la fréquence.

30 janvier 1995 : les groupes NRJ, RTL et RMC signent une lettre commune demandant au CSA « d’adapter sa doctrine » et d’amener davantage de souplesse entre les catégories de radios.

10 février 1995 : le groupe NRJ crée le bien nommé « GIE RIRE » (pour « Radios Indépendantes Régionales ») afin de commercialiser 13 radios locales en plus de la parisienne Rire et Chansons, avec le soutient de Marc Zénou, président du SNRP (Syndicat national des radios privées) et patron de Radio Star (Mulhouse) et Radio Service (PACA).

LeTransistor_carte-GIE-RIRE-1995 dans Cartographie
(Rire et Chansons, RVS, Sweet FM, Radio Star, Radio 2000, Ciel FM, Recto Verso, Oxygène, Presqu’Iles, Blackbox, Lazer, RMS, Radio Alligator, Radio Service)

Dans les mois qui suivent, les 13 stations introduisent progressivement dans leurs programmes des extraits de sketches et spectacles comiques ; tout d’abord un seul en début d’heure (précédé du top horaire de Rire et Chansons en version vierge), puis deux, puis trois par heure pour préparer à un changement de format.
Durant la saison 1995-1996, les locales du GIE abandonnent leurs habillages originaux pour les remplacer par différents jingles tels « la FM du rire » ou « la radio la plus drôle » enregistrés à Paris par un animateur d’NRJ (Mike). Exemple ici, avec la toulousaine Lazer :

Le programme ressemble lui comme deux gouttes d’eau à celui de Rire et Chansons à Paris : une suite de sketches et chroniques humoristiques aérés par quelques standards musicaux anciens (Jacques Dutronc, Frank Sinatra, The Rolling Stones, Johnny Hallyday, Serge Gainsbourg…).

Dans le même temps, une toute nouvelle banque de programme radiophonique non identifiée fait son apparition sur le satellite afin d’être reprise en complément par les locales : Canal B, une sorte de « Rire et Chansons bis » avec un habillage propre et une dénomination neutre (« la radio du rire »).
La couleur du programme est ensuite rapidement déclinée localement :



Retour à la chronologie, début mars 1995 : le CSA autorise la CLT à monter au capital de RTL2 (48,5%) et Europe 1 Communication dans RFM (47,2% des parts).
NRJ publie aussitôt un communiqué à l’adresse du CSA lui demandant de «repenser sa réglementation, au nom du pluralisme et du principe de l’égalité de traitement» entre les opérateurs.
Toujours en mars 1995 : le CSA auditionne les différents opérateurs radiophoniques privés sur la régulation du marché et les conditions de contrôle du troisième réseau. Ceux-ci demandent un assouplissement du régime des radios de catégorie B.

12 avril 1995 : dans le Communiqué 293 le CSA admet que dans certains cas exceptionnels (ancienneté de la radio, difficultés économiques) des passages de la catégorie B à la C peuvent être envisagés.

Octobre 1995 : Radio Star (67) et Ciel FM (69) sont autorisées à s’abonner au programme Rire et Chansons. Le CSA accepte le principe de changement de catégorie pour les locales, en passant toutefois par un appel à candidature : l’opérateur doit rendre sa fréquence et déposer un nouveau dossier d’attribution au CSA, au risque de perdre définitivement sa fréquence.

15 décembre 1995 : le Communiqué 319 officialise la position du CSA. Les radios locales souhaitant s’affilier à un programme national doivent d’abord rendre leur fréquence, avant que le CSA les autorise à passer en catégorie C. Le Conseil insiste également sur sa vigilance vis à vis de l’entrée des réseaux au capital des radios de catégorie B.

Mi-Juillet 1996 : le groupe NRJ affirme avoir signé un accord de franchise Rire et Chansons avec déjà cent radios locales.

24 octobre 1996 : le syndicat des radios généralistes privées (RTL, RMC et Europe 1) monte au créneau et demande une audience au CSA, afin d’affirmer son «opposition» à tout changement de doctrine «qui rendrait encore plus inéquitable qu’aujourd’hui la répartition des fréquences entre réseaux thématiques et radios généralistes».

Lundi 2 décembre 1996 : déplorant le traitement trop long des demandes de changement de catégorie de la part du CSA et le retard que prend ainsi la constitution de leur troisième réseau, les dirigeants du groupe NRJ décident d’imposer en force la diffusion de Rire et Chansons sur 15 stations contrôlées.

Mercredi 4 décembre 1996 : les 15 stations basculent sur le programme de Rire et Chansons à 21 heures.

Jeudi 5 décembre 1996 : à la place de leurs programmes habituels les auditeurs se réveillent avec la matinale de Rire et Chansons (« L’Argence tout rire ») entrecoupée de décrochages publicitaires et de bulletins d’informations locales. Les jingles réalisés à la va-vite déclinent sur tous les tons l’appartenance des stations à un réseau.




Ce même 5 décembre, les protestations du monde la radio (syndicat d’indépendants et grands groupes) affluent au CSA.

Lundi 9 décembre 1996 : le CSA envoie des mises en demeure aux quinze stations ayant basculé « Rire et Chansons » les sommant de revenir à leur programme initial ; ces mises en demeures restant sans résultat, une procédure de retrait d’autorisations est lancée dans les jours qui viennent.

Mercredi 11 décembre 1996 : le syndicat des radios généralistes privées s’insurge contre les paroles et les actes du groupe NRJ.

Jeudi 12 décembre 1996 : plutôt que d’obtempérer aux mises en garde du CSA, le groupe NRJ augmente le rapport de force en sa faveur en mobilisant sur l’antenne de Rire et Chansons animateurs et humoristes populaires. Ceux-ci, certainement très mal informés, dénoncent « la répression et la grave atteinte à la liberté d’expression» orchestrée par le CSA. On veut « tuer leur radio » et « bâillonner l’humour en France » !



Les auditeurs passent également sur l’antenne pour soutenir leur station. Très rapidement, ils sont invités à exprimer leur mécontentement aux standards du CSA et du Premier Ministre Alain Juppé.

Même la grande sœur NRJ encourage à chaque début d’heure l’opération de lobbying sur son antenne avec une rare mauvaise foi.

Ce même 12 décembre 1996 : réunis en séance plénière les sages du CSA sont plutôt favorables à l’autorisation pour les radios locales concernées de diffuser le programme national identifié, à l’exception de Philippe Labarde, président de la commission radio, ainsi que Monique Dagnaud et Geneviève Guicheney.

Vendredi 13 décembre 1996 : Matignon, dont le standard est assailli de coups de fil depuis la veille, renvoie la patate chaude au CSA dans un communiqué : « le Premier Ministre souhaite que le CSA assume dans le cadre de la loi toutes ses responsabilités et trouve dans les délais les plus rapides une solution qui permette un développement harmonieux de toutes les catégories de radio».

Lundi 15 décembre 1996 : Jacques Rigaud, Président de RTL, s’indigne de «la manière dont le CSA est amené en catimini, dans l’urgence et sous la pression, à modifier le paysage radiophonique».
Les dirigeants d’NRJ sont reçus au CSA. Le Conseil conditionne toute négociation au retour à la légalité des 15 stations en faute. Le soir même, elles reprennent leurs programmes locaux et abandonnent la dénomination « Rire et Chansons » pour redevenir des « radios du rire ». Les négociations vont pouvoir commencer.

Mardi 16 décembre 1996 : en désaccord avec le Président Hervé Bourges sur la gestion du dossier Rire et Chansons et la régulation du monde radiophonique, le conseiller Philippe Labarde démissionne de la présidence de la commission radio du CSA.

Mercredi 17 décembre 1996 : les quatre syndicats de radios commerciales françaises réunis au sein d’un bureau de liaison demandent une audition conjointe au CSA et menacent : «le Conseil doit être clairement conscient que s’il devait malgré tout démissionner de fait de son mandat de régulateur en cédant au coup de force de NRJ, toutes les autres radios en tireraient immédiatement les conséquences»

Jeudi 18 décembre 1996 : le patron de Fun Radio, Benoît Sillard, s’immisce dans la crise en appelant à son tour ses auditeurs à saturer le standard téléphonique de Matignon pour protester contre les méthodes d’NRJ.

Samedi 20 décembre 1996 : le gouvernement annonce la révision prochaine de la loi Carignon.

10 février 1997 : dans un communiqué, le CSA réaffirme le principe des 5 catégories de radios et l’obligation de restitution de fréquence en cas de changement de catégorie.

Mars 1997 : mi gendarme, mi conciliateur, le Conseil se lance dans une vaste remise à plat du paysage radiophonique et invite les grands groupes à restituer l’ensemble de leurs fréquences acquises et contrôlées officieusement afin qu’une redistribution équilibrée et validée légalement puisse se faire. C’est le « Yalta des fréquences » censé profiter à l’ensemble des acteurs de la filière : le CSA passe l’éponge sur les rachats sauvages et garantit un traitement équitable des demandes d’extension des réseaux en échange de leur transparence.

19 novembre 1997 : le CSA annonce la redistribution de 472 fréquences entre acteurs locaux, régionaux et nationaux.
A l’issue de cette répartition, le réseau Rire et Chansons et ses locales de catégorie C sont reconnus officiellement et juridiquement.

17 mars 1998 : dans le feuilleton de la privatisation d’RMC et de ses filiales, l’Etat autorise NRJ à prendre le contrôle de 80% du capital de Radio Nostalgie.

26 mai 1998 : les dernières locales ayant fait la demande de changement de catégorie pour diffuser le programme Rire et Chansons ayant toutes basculé en catégorie C à cette date, la banque de programme non identifiée « Canal B » (« la radio du rire »), diffusée sur les stations pour les pré-formater avant leur transformation, cesse d’émettre.

28 mai 1998 : l’achat de Nostalgie par NRJ reçoit l’agrément du CSA ; mais le groupe, en position dominante sur certaines zones géographiques, doit renoncer à la publicité locale sur l’un de ses quatre réseaux. C’est l’antenne la plus faible commercialement qui est sacrifiée : Rire et Chansons. Sans publicité locale, il devient inutile légalement de maintenir des programmes décrochés en régions. Les stations sont fermées et les commerciaux, animateurs et journalistes des anciennes radios de catégories B sont donc licenciés ou intégrés sur d’autres antennes du groupe dans les mois qui suivent. Les fréquences deviennent « passives », à l’exception de Paris.

Au final, NRJ a donc réussi à imposer le développement de son réseau  et le « blanchiment » par le CSA de certaines fréquences obtenues de manière trouble. Son coup de force de décembre 1996 aura également déclenché une véritable redéfinition des contours du paysage radiophonique privé profitant à l’ensemble de ses concurrents.
L’autorité régulatrice, prise en sandwich entre sa volonté d’équilibrer le marché et les velléités de déréglementation des grands groupes et du législateur, aura surtout accompagné un mouvement accéléré de concentration du secteur.

Ironie du sort, l’instance qui protégeait en 1995 les petites stations de radio des assauts des prédateurs nationaux au nom notamment de la défense de l’emploi local s’est retrouvée trois ans plus tard à l’origine de la fermeture de ces mêmes antennes devenues filiales ou franchisées. Une décision qui grossira un peu plus le cimetière des radios locales disparues.

LeTransistor_carte-locales-REC-1997 dans CSA
(Radio Artesia, CSM, RVS, Radio Nord Seine-et-Marne, Sweet FM, Liberté FM, Mélodie FM, Radio Star, Radio 2000, Recto Verso, Oxygène, Radiogram, Bleu Marine, Presqu’Iles, RSV, RLS, Ciel FM, WFM, Contact FM, RDI, Fréquence 7, Radio Service, Radio Palace, Radio Alligator, RMS, Lazer, Horizon Radio, Cant’FM, Fréquence Alci, Radio 9)

Sources :
- Robert Prot, Dictionnaire de la radio (PUG-INA 1997)
- Aymeric Mantoux et Benoist Simmat, NRJ L’empire de ondes (Mille et Une Nuits 2008)
- Libération
- CSA.fr
- Schoop.fr
- Radioactu.com
- Eldoradio.fr
- 100ansderadio.free.fr

Il y a trente ans démarrait Radio Service Tour Eiffel 7 décembre 2011

Posté par Le Transistor dans : Archives,Histoire,Radios libres , 5 commentaires

Il y a trente ans démarrait Radio Service Tour Eiffel dans Archives radioservicetoureiffel-78x150Dans la série « trente bougies », soufflons celles de la radio de la Ville de Paris. Le lundi 7 décembre 1981, Radio Service Tour Eiffel démarre ses programmes sur 101.5 après plusieurs semaines d’occupation de fréquence.
Surnommée Radio-Chirac, la station dépend étroitement de la mairie de Paris via l’ADCP, « l’Association pour le développement de la communication à Paris ».
Le format de la radio correspondait alors à celui d’une chaîne généraliste, ayant pour vocation d’être « la radio de la capitale et la radio du mieux-vivre de la région parisienne ». Ses programmes s’articulaient principalement autour de deux axes: en premier lieu, la diffusion de musique de variétés et d’informations à caractère général ; en second lieu, la diffusion d’informations sur la circulation urbaine,
soulignera la Cour des comptes vingt ans plus tard.

La radio bénéficie d’un site d’émission exceptionnel : la Tour Eiffel. Le brouilleur qui se met en route deux jours après le début des émissions ne devait pas être très loin. Radio Service Tour Eiffel sera brouillée pendant près d’une année, jusqu’à la fin octobre 1982.
Radio Service Tour Eiffel se regroupe fin mai 1983 avec Radio Diapason et Radio Vocation et se décale quelques jours plus tard sur 101.4. Mais malgré une bande FM qui retrouve un peu d’ordre, des émissions étoffées, une trentaine de salariés et le passage en 1985 au statut commercial par la société Paris-Média, l’audience ne décolle pas. La radio vit à 85% des subventions de la Ville de Paris.

La station essaiera de se relancer à de multiples reprises sous les noms de Radio Tour Eiffel, Eiffel 95.2, 95.2 Paris pour finalement quitter les ondes en octobre 1999.

Voici un extrait de l’été 1983, dans lequel on retrouve Isabelle Quenin :

Frédéric – RadioBrest.net

 

1...34567...10

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus