navigation

La radio allemande fête son 90ème anniversaire 29 octobre 2013

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Anniversaires,Etranger,Liens , 2 commentaires

Après le Royaume-Uni l’an passé, c’est aujourd’hui à l’Allemagne de célébrer les quatre-vingt-dix ans de sa radiodiffusion nationale. C’est en effet le 29 octobre 1923 à 20 heures qu’ont débuté les premières émissions de radios régulières depuis Berlin.

« Attention, attention ! Ici le poste d’émission de Berlin. Mesdames et Messieurs ! Nous portons à votre attention que le service de diffusion radiophonique de divertissement débute ce jour une retransmission de spectacles musicaux par le biais de la transmission sans fil. »

C’est par cette annonce de Friedrich Georg Knöpfke, le premier directeur de la radiodiffusion, que s’ouvrit l’histoire de la radio allemande, sur le poste intitulé « Funk-Stunde Berlin », en direct du bâtiment de la Vox-Haus, près de la célèbre Postdamer Platz.

Quatre-vingt-dix ans plus tard, la plupart des stations publiques allemandes profitent de cet anniversaire pour se pencher sur l’histoire tourmentée des ondes nationales.
Parmi les nombreux articles disponibles en ligne, les germanophiles pourront plus spécialement s’attarder sur deux dossiers spéciaux riches en documentation : celui de la RBB (Rundfunk Berlin-Brandenburg) et celui de la chaîne Deutschlandradio Kultur.

Source enregistrement : Inforadio.de

Les anciennes radios pirates de haute mer réémergent sur internet 7 mars 2013

Posté par Le Transistor dans : Etranger,Internet,Liens,Pirates , 2 commentaires

L’extension des eaux territoriales, l’interdiction d’être ravitaillées depuis les côtes des pays riverains, le coût d’exploitation ont finalement eu raison des radios pirates de haute mer, ces radios offshore qui ont été nombreuses à émettre en ondes moyennes au large des côtes britanniques, scandinaves, belges ou hollandaises. Mais depuis quelques années, Internet leur permet de retrouver une nouvelle jeunesse. Et l’on peut sans modération se plonger dans l’ambiance de ces années de liberté sur les ondes. Voici une liste (non exhaustive) des tentatives de renaissance de ces stations cultes sur la toile.


Les anciennes radios pirates de haute mer réémergent sur internet dans Etranger radio-carolineRadio Caroline
La célèbre radio qui fêtera ses 50 ans l’an prochain diffuse depuis la terre ferme via le satellite Eurobird et Internet un programme rock « baba cool » avec de très nombreux animateurs.
On peut voir sur le site internet www.radiocaroline.co.uk des photos des travaux de rénovation du navire émetteur Ross Revenge et de pose d’un nouveau mat d’antenne. Que se prépare-t-il donc pour les cinquante ans de Caroline ?


radio-london3 dans InternetRadio London

Dans les années soixante, c’était la radio pirate la plus écoutée. Contrairement à Radio Caroline, elle a obéi aux injonctions des autorités britanniques et a arrêté d’émettre le 15 août 1967.

A partir de 2002, une station diffusée sur satellite, internet et un temps sur ondes moyennes via la Hollande, retrouve l’esprit de Radio London. Mais pour des raisons de marque déposée, elle prend le surnom de la station des années 60, Big L. On retrouve sur cette antenne d’anciens animateurs bien connus comme Rosko. www.bigl.co.uk

Quant à The Oldies Project, elle diffuse de la musique non stop de l’époque de Radio London entrecoupée de jingles de la station. www.oldiesproject.com



sutch-logo2 dans LiensRadio Sutch
Cette radio qui émettait d’un fort ancré dans l’estuaire de la Tamise à l’extérieur des eaux territoriales de l’époque il y a presque un demi-siècle s’adressait aux adolescents.
Une radio internet fait revivre l’esprit de cette station. Elle propose les tubes les plus sauvages des années 50 et 60 agrémentés d’extraits de la vraie Radio Sutch sur www.radiosutch.net.


rnilogo2 dans PiratesRadio North Sea International

RNI est une radio offshore très puissante qui diffusait depuis le Mebo II au large des côtes anglaises puis hollandaises de 1970 à 1974. Elle a inspiré quelques animateurs qui la font ressurgir sur internet : www.rni.vze.com.


britain-radio2Britain Radio

Cette radio a émis sur le navire pirate Laissez-faire jusqu’en 1967. Elle diffusait un programme easy listening. Ici pas de rock ni de pop comme sur ces consoeurs de l’époque. On retrouve l’ambiance musicale de Britain Radio ici : www.355.vze.com.


Radio Veronica

veronica-logo2Pour retrouver le style de cette radio pirate hollandaise qui a émis de 1960 à 1974, il faut se connecter ici : www.192radio.nl.
Une partie de l’équipe a poursuivi l’aventure sur la terre ferme ; la version moderne de Veronica est là : www.radioveronica.nl.

monique2


Radio Monique

Cette radio hollandaise émettait en soirée après les programmes de Radio Caroline dans les années 80. Une radio internet au programme de variétés bien ficelé agrémenté de jingles de Monique lui rend hommage : www.radiomonique.co.uk.

mi-amigo2
Radio Mi Amigo

De 1974 à 1978, une station belgo-hollandaise a diffusé depuis le Mi Amigo, le navire de Radio Caroline. Elle a pris le nom du bateau même si à partir de 1979 elle a diffusé sur la Magdalena avant qu’une tempête ne le drosse vers la côte hollandaise mettant fin aux émissions de Radio Mi Amigo. On peut trouver sur internet quelques tentatives de remettre Mi Amigo au goût du jour, dont celle-ci : www.miamigo.info.


Voice of Peace

Cette radio soutenue par John Lennon et lancée en 1973 au large d’Israël pour diffuser un message de paix dans cette région explosive a dû arrêter d’emettre suite à des problèmes financiers en 1993. Depuis 2010, elle de retour via internet : www.thevoiceofpeace.co.il.

Frédéric – RadioBrest.net

Les « Ondes visibles » ou la radio sans les clichés 21 février 2013

Posté par Le Transistor dans : Liens , ajouter un commentaire

Passionné de photographie et de radio, Nicolas Dronniou a la bonne idée de quitter régulièrement la région parisienne pour partir à la découverte de stations locales modestes et éloignées. Il publie ensuite le récit de ses visites sur internet en l’illustrant de ses clichés en noir et blanc.

Le résultat témoigne parfaitement de la diversité du milieu radiophonique français et de la passion de ses artisans. Jeunes pousses hésitantes, salariés concentrés, enthousiasme du direct, réunions de bénévoles , studios agités ou désertés, conditions de travail inégales… le photographe raconte en quelques images comment la radio de proximité se fabrique aujourd’hui, de Troyes à Caen, de l’Ile de Ré à Orléans.

Ce « tour de France photographique des stations de radio » porte le nom de code des « Ondes visibles ». Son auteur nous promet de nouveaux reportages jusqu’en décembre 2013, toujours consultables sur le site du Huffington Post.

Les Thème Radio à Troyes ©Nicolas Dronniou

Profitons de cet article pour signaler également la publication sur internet d’un remarquable reportage du photographe Michel Bonnet sur l’éclosion des radios libres toulousaines en 1982. Les clichés en noir et blanc nous immergent ici dans les studios de Radio Cambos, Radio Coteaux, Radio 31 et Canal Sud.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus