navigation

Radio : les tendances de la saison 2015-2016 6 octobre 2015

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Europe 1,France Bleu,France Inter,Fun Radio,Locales,MFM,Nostalgie,NRJ,RFM,Rire et Chansons,RTL,RTL2,Skyrock , 2 commentaires

letransistor_illustration_radio_denk-positiv

Un mois après le lancement des nouvelles grilles de rentrée, un certain nombre de mouvements, anecdotiques ou lourds, se dégagent des programmes des stations françaises.
Horaires changés, place de l’information et de la politique, dosage des best of et rediffusions, nouveaux logos… Voici les principales tendances radio de la saison 2015-2016.

 

La nuit : l’ennui

Entre rediffusions à gogo et musique non-stop balancée par des automates, les nuits des radios françaises sont devenues bien pauvres en contenus frais depuis quelques saisons. A la recherche d’économies, les grands groupes radiophoniques suppriment tour à tour toute présence nocturne sur leurs antennes. Après RFM l’an passé, ce sont cette saison Fun Radio et RTL qui stoppent les animations de nuit. Sur cette dernière, l’inamovible Georges Lang ne dispose plus désormais que d’une heure de Nocturnes, officiellement à sa demande. Il n’y a plus en ce mois de septembre que trois radios nationales qui proposent ainsi un accompagnement en direct après 1 heure du matin, il s’agit d’RTL2 (avec Lionel Guillaume et Thomas Debono), Skyrock (Priska jusqu’à 3 heures) et NRJ (avec la libre-antenne de Mikl). 

Du côté des radios généralistes, signalons qu’Europe 1 se distingue en cette rentrée par la suppression de ses rendez-vous d’information entre minuit et 4h30. Une décision surprenante de la part d’une station prétendument en pointe sur l’information et dotée d’une rédaction étoffée.

 

Des matinales plus matinales

Si les stations musicales abandonnent les auditeurs nocturnes, elles s’intéressent cependant de plus en plus aux lève-tôt et lancent progressivement des pré-matinales avec contenu avant le traditionnel « morning » de 6 heures du matin. Nostalgie le fait depuis 2007, RFM et MFM Radio depuis 2011, et depuis cette rentrée c’est au tour de Fun Radio de placer un animateur de flux dès 5 heures, avant son Bruno dans la radio de 6 heures.
Mais la tendance touche cette saison davantage les radios locales et régionales, ainsi après Radio Scoop en 2013 ou Delta FM et Radio Emotion en 2014, ce sont cette année Mona FM, Totem, Cerise FM, Cannes Radio, Wit FM et Vibration qui proposent des pré-matinales (dont certaines en voice-track) à partir de 4 ou 5 heures du matin.

 

Recyclage et rediffusion à gogo le week-end

Outre la nuit, les rediffusions gagnent de la place le week-end. La réutilisation des programmes de la semaine devient à présent la norme les samedis et dimanches pour boucler des grilles de programmes au rabais. RTL en abuse pour ses après-midi (Drôle de semaine, La curiosité est un vilain défaut), mais la palme revient à France Bleu qui recycle tout ce qui peut l’être pour ses tranches nationales (France Bleu Midi Ensemble – best-of de la semaine, Tout France Bleu – le meilleur, Pop story, On se dit tout sur France Bleu – best of de la semaine). On s’interroge dès lors sur l’intérêt pour les stations du réseau d’abandonner des heures de programmes locaux pour raccrocher sur les différentes rediffusions que Paris semble seulement en mesure de produire le week-end.

 

La politique déplacée au dimanche midi

On se souvient qu’Europe 1 avait créé la surprise en 2008 en reprogrammant son Grand Rendez-vous de Jean-Pierre Elkabbach du dimanche 18 heures vers le matin à 10 heures. En ce mois de septembre, deux autres rendez-vous politiques influents quittent les fins d’après-midi et sont désormais diffusés à la mi-journée : Elisabeth Martichoux présente désormais le Grand Jury à 12h30 sur RTL, et sur France Inter l’interview politique du dimanche est réalisée dans l’émission Agora de Stéphane Paoli à 12 heures. S’agit-il là de changements d’horaires pour s’assurer que les petites phrases, buzz et polémiques tournent en boucle sur les écrans jusqu’au soir et assurent ainsi plus efficacement la promotion des stations ?

 

Un peu plus d’information sur les réseaux nationaux 

« L’auditeur ne vient pas chez nous pour l’info ! ». Au nom de ce sacro-saint principe, l’actualité a totalement déserté certains carrefours des réseaux musicaux et thématiques depuis quelques années. Or, en cette rentrée deux mouvements interpellent nos oreilles : RTL2 réintroduit des rendez-vous d’information l’après-midi dans son Drive, et de courts flashs d’actualité ont fait leur apparition dans la matinale de Rire et Chansons. Deux mouvements qui constituent peut-être les prémices d’un changement de doctrine plus large quant à la place de l’info sur les antennes.

 

Cogitation sur le bleu des logos

Du côté de la communication visuelle, la qualité et les nuances de la couleur bleu semblent être la grande affaire qui préoccupe les agences de com’ travaillant pour les radios des plus de 40 ans. France Bleu a cette rentrée fait évoluer son logo du bleu marine au bleu azur, et Nostalgie laisse tomber ses lettres dorées pour du blanc sur fond bleu.
logos2015_francebleu_nostalgie 

Illustration : « Denk positiv » © EDITION LAWINE

 

Quand la FM devient coquine : six jingles fripons 14 février 2015

Posté par Le Transistor dans : Amusant,Archives,Europe 2,Fun Radio,Habillage,Nostalgie,NRJ,Radios disparues , ajouter un commentaire

letransistor_pub_funradio_1986

Saint-Valentin oblige, Le Transistor s’intéresse aujourd’hui aux habillages à la tonalité coquine.
Quand les jingles FM évoquent le désir et les étreintes, la température monte (ou pas) sur les ondes.
Voici une sélection de six monuments du kitsch extraits des années 80, six jingles tendres ou fripons provenant de NRJ, Nostalgie, Métropolys, Fun Radio et Europe 2.


NRJ en 1986 : « J’ai envie de… »


Métropolys en 1987 : « Fais-moi l’amour ! »


Métropolys en 1988 : « Elle suce en musique »

Oui. Vous avez bien lu…
Dingue, non ?


Radio Nostalgie en 1988 : « Arrête un peu c’que tu m’fais baby »


Fun Radio en 1989 : « Prenez-moi tout de suite »


Europe 2 en 1990 : « L’amour, ça se fait à deux »


Illustration : extrait publicité Fun Radio en 1986

30 ans de Nostalgie : 30 jingles à souffler 16 septembre 2013

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Anniversaires,Archives,Habillage,Nostalgie , 3 commentaires

30 ans de Nostalgie : 30 jingles à souffler dans Actualité letransistor_evolution-logos-nostalgie

Après avoir revendu au groupe Comareg Radio Contact, la radio locale qu’il avait créée avec succès en juillet 1981 à Lyon, Pierre Alberti, dynamique entrepreneur en démolition, lance le 16 septembre 1983 dans la ville une nouvelle station plus personnelle ne diffusant que les chansons de sa jeunesse (Cloclo, Adamo, Dalida…).
Coup de génie, le nom de baptême de ce programme générationnel unique en France est on ne peut plus clair sur sa promesse musicale : ce sera Radio Nostalgie !
La nostalgie de Pierre Alberti se propage alors très rapidement et la radio devient incontournable chez les Lyonnais de son âge. Le concept est ensuite étendu à d’autres villes de France, à commencer par Montpellier, via la méthode de la franchise.
Le développement s’accélère à partir de 1986 grâce aux émissions par satellite et à l’entrée de RMC au capital de l’entreprise. Non contente de disposer d’un énorme réseau national à la fin des années 80, Radio Nostalgie s’exporte ensuite en Belgique, puis à l’Est (Russie, Ukraine, Tchécoslovaquie), au Liban, au Portugal, et en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Togo, Sénégal). C’est à ce moment, au début des années 90, que Pierre Alberti se retire de l’aventure et confie le contrôle complet de sa radio à RMC.
Suite à la privatisation de RMC, la vache à lait Nostalgie est rachetée par NRJ Group en 1998. L’éditeur de stations musicales a depuis fait évoluer la radio en un programme « oldies » plus efficace et moins fourre-tout. Celui-ci fait toujours chanter les plus de 40 ans sur Cloclo ou Dalida, rejoints par Polnareff, Clerc, Berger et autres valeurs sûres des années 70.

Pour saluer en ce 16 septembre le trentième anniversaire de ce patrimoine national qu’est devenu Nostalgie, soufflons les trente bougies sonores disposées ici. Trente jingles kitsch et amusants représentatifs de trois époques de la station.

Dans les années 80, l’habillage de Radio Nostalgie part bien souvent dans tous les sens. Les stations locales du réseau s’en donnent alors à cœur joie pour réaliser leurs propres parodies musicales, comme ici Nostalgie Longwy avec Village People et Nostalgie Nice avec Gérard Blanc.

Années 90. Un petit tour à Montauban s’impose. Nostalgie Tarn-et-Garonne s’y fait alors une spécialité de saloper les jingles du réseau en les faisant réinterpréter par deux étranges choristes aux capacités vocales douteuses soulignées par un écho discutable.

A partir de 1998, NRJ Group entre dans la danse et propose aux célèbres frères Costa (Freeway Music Business) d’habiller la radio. Ceux-ci se feront un plaisir de créer de très nombreuses adaptations souriantes des morceaux phares de la programmation. Voici les meilleures :

Changements importants pour la rentrée de Nostalgie 23 août 2010

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Archives,Europe 2,Nostalgie , ajouter un commentaire

nostalgielogo2009.jpgConfrontée depuis quelques années à une érosion régulière de son audience et à un vieillissement de son auditorat, Nostalgie fait aujourd’hui peau neuve en faisant évoluer les fondamentaux de son format « oldies » ; format en place depuis 1998, date de son rachat par NRJ Group.

Outre les changements de grille et de voix-off, la mue tient principalement dans le glissement de la programmation musicale vers les années 80 et 90, au détriment des succès des années 50 et 60. Un glissement déjà progressivement à l’oeuvre depuis le printemps, et renforcé cet été : Nostalgie sonne beaucoup moins « rétro-chanson française », et les productions entendues sont beaucoup plus électroniques ou synthétiques (avec une bonne doses de disco notamment).

Côté animation, les prises de paroles sont depuis cet été moins standardisées et beaucoup plus informatives qu’auparavant, et la matinale a été confiée au duo Pascal Bataille/ Laurent Fontaine, censé rajeunir le public de la station.
A l’image de l’expérience d’NRJ (Nikos Aliagas, Cauet), Nostalgie recrute donc des visages populaires et estampillés « TF1 » pour faire redécoller son audience. Une voix féminine secondera le tandem, celle de Myriam Callas ; voix-off très exposée notamment sur TF1, NRJ ou Europe 2, selon les époques.

En guise d’archive « clin d’oeil », retrouvons justement Myriam Callas assurant la promotion d’un programme de… Bataille et Fontaine en 1994 sur Europe 2 : « le meilleur du pire ».

Radio Nostalgie en 1988 24 avril 2009

Posté par Le Transistor dans : Archives,Nostalgie , 2 commentaires

Radio Nostalgie en 1988 dans Archives logo-nostalgie_1988_petitVoici un quart d’heure de Radio Nostalgie résumé en 2 minutes 30.
Nous sommes semble-t-il en 1988, il est 21 heures et des brouettes ; l’émission s’intitule Piano bar.
L’animatrice (Hélène Valéro) annonce et désannonce systématiquement tous les disques : Noam « My Butterfly » (en nouveauté), Michel Sardou « 10 ans plus tôt », Christophe « Les Paradis perdus », Django Reinhardt « Mystery Pacific » et Georges Chelon « Evelyne ».
Une programmation plutôt « bourdon » donc, assez distincte du format « oldies » à base de grands standards positifs qui fera le succès de Nostalgie dix ans plus tard.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus