navigation

Playlist de grève de France Info : le réflexe « inrocks » 1 avril 2015

Posté par Le Transistor dans : Actualité,France Info,Musique,Radio France , 5 commentaires

Une grève illimitée dure et suivie, des salariés déterminés à défendre une radio publique ambitieuse, une direction dont le projet est avant tout comptable, des négociations au point mort, des journalistes prêts à rejoindre le mouvement, une tutelle aux abonnés absents, de savants calculs politiques échafaudés dans les cercles de pouvoir…

Au quatorzième jour de grève des salariés de Radio France, l’actualité en provenance de la Maison de la radio est loin d’indiquée une issue immédiate pour le mouvement social qui y est engagé.

Du côté des auditeurs restés fidèles à leurs stations de coeur pour y guetter la diffusion éventuelle des programmes habituels, l’emballement des premiers jours pour « la richesse et la diversité » des sélections musicales de secours diffusées depuis le 19 mars commencent à laisser la place à une forte lassitude, si on en croit les commentaires distillés sur les sites internet et les réseaux sociaux.

La répétition quotidienne des mêmes morceaux donne de l’autre côté du poste la désastreuse impression de vivre un nouveau « jour de la marmotte » chaque matin, en référence au scénario du film Un jour sans fin, dans lequel Bill Murray revit la même journée indéfiniment.

letransistor_capture_unjoursansfin

letransistor_capture_unjoursansfin_radio
Bill Murray dans le film Un jour sans fin de Harold Ramis 

France Bleu joue et rejoue sa programmation de succès fédérateurs et positifs, France Inter rabâche ses découvertes francophones et ses standards pop et rock, France Musique enchaîne les oeuvres classiques, FIP ressasse les mêmes perles pointues, France Culture radote son univers musical chic et sophistiqué. Et Mouv’, en grève ou non, nous inflige tout de même les rotations serrées des derniers chefs d’oeuvre de Black M et Soprano.

Reste France Info, qui ne diffuse généralement pas de musique dans ses programmes, excepté quelques bandes originales de films en guise de comblage la nuit.
Hors, depuis le 19 mars, la station d’information continue sonne en journée comme une compilation du magazine Les Inrockuptibles en boucle !
La folk branchouille y côtoie la pop anglaise des années 2000, et les classiques trip-hop des années 90 se mélangent avec les artistes français labellisés « indés », le tout agrémenté de quelques classiques du rock comme America, Led Zeppelin, Canned Heat ou The Velvet Underground.
Bref, pour parodier la dernière campagne publicitaire de la radio : France Info, c’est en ce moment « le réflexe inrocks » !

letransistor_montage_franceinfo_lereflexeinrocks
Détournement maison de la dernière campagne publicitaire de France Info

Cette rengaine originale qui repart chaque matin est signée par Matthieu Beauval, ancien directeur d’antenne de France Info jusqu’en 2013, après être passé par FIP et Le Mouv’. Et si on en juge par les dates des singles diffusés, celui-ci a effectué sa sélection en 2011, ce qui rajoute au côté OVNI de cette playlist figée dans le temps, qui passe sous silence toute l’actualité musicale récente.

En raison du nombre important d’artistes underground et de morceaux obscurs figurant dans cette bande de secours, les auditeurs de la radio sont demandeurs d’éclaircissements et de références qui n’apparaissent nulle part sur internet. L’équipe de France Info vient donc tout juste d’extraire de ses ordinateurs un listing, le voici enfin disponible sur le site de la station.

 

José Artur « à l’heure du pop » en 1992 30 janvier 2015

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Animateurs,Archives,France Inter,Habillage,Radio France , 3 commentaires

De 1988 à 1996, le Pop Club de José Artur prit pour titre A l’heure du Pop sur France Inter.
En hommage à son présentateur, disparu le week-end dernier, voici un éphémère générique de l’émission à ajouter à la liste des nombreuses compositions dédiées au Pop Club qui sont réapparues ces jours-ci.

Ce montage brinquebalant reprend à ce propos un extrait du thème de Claude Bolling chanté par le groupe Les Parisiennes, puis le final d’un indicatif signé par Henri Texier. Et comme nous sommes à l’automne 1992, le tout est accompagné par une boîte à rythmes censée évoquer le son branché et sophistiqué de l’époque.

Cette archive nous donne par la suite le plaisir de retrouver la voix de José Artur et un petit bout du « disque pop » à l’honneur en cette semaine de 1992 : Connected par Stereo MC’s.

 

Le Mouv’ rate une nouvelle fois son rendez-vous avec la jeunesse 14 janvier 2015

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Fun Radio,Le Mouv',Radio France,Skyrock , 4 commentaires

En tardant à lancer sa nouvelle formule « urbaine », la radio jeune du service public est passée totalement à côté de sa mission ces derniers jours et a ainsi d’ores et déjà raté sa rentrée.

logomouv.jpgDans l’attente d’un reformatage complet lancé en plein milieu de saison et annoncé finalement pour début février, Le Mouv’ est en pilotage automatique depuis le 1er janvier. L’antenne est vide de toute présence depuis cette date, à l’exception de quelques courts flashs d’information la matin et de la diffusion de brefs modules de rétrospective.
La station est donc passée totalement à côté de l’actualité dramatique de ces derniers jours . Alors même que son cœur de cible ressent un fort besoin d’information, d’explications, de débat et d’expression, Le Mouv’ est réduit à un robinet à musique sans contenu parlé et manque une occasion importante d’affirmer ses spécificités.

Les jeunes citoyens n’ont eu d’autre choix la semaine passée que de se brancher sur les radios privées, qui, elles, ont fait le job. En consacrant son émission Lovin’ Fun au massacre de Charlie Hebdo mercredi soir, Fun Radio a su ainsi ouvrir son antenne au chagrin et à la révolte de ses auditeurs, tout en développant la réflexion sur la liberté d’expression et les sectarismes.

funradio_7janvier2015_twitter_lovinfun

Idem pour Skyrock, qui a relayé de nombreux messages de tolérance, que ce soit dans la Radio libre de Difool en soirée ou bien dans une émission spéciale de trois heures diffusée simultanément à la grande marche parisienne du dimanche après-midi.

skyrock_11janvier2015_emission-speciale-jesuischarlie

Le Mouv’ aurait été bien inspiré de casser au même moment son antenne robotisée pour traiter de cette mobilisation exceptionnelle et ouvrir un espace de dialogue mature digne d’une station publique.
En n’étant pas en phase avec les préoccupations immédiates de sa cible, cet outil n’a pas su honorer son cahier des charges, et a une nouvelle fois raté son rendez-vous avec la jeunesse.

Disparition de Michel Grégoire, ancien producteur de France Inter 24 février 2014

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Animateurs,Archives,France Inter,Radio France , 4 commentaires

FRANCEINTER_1998_promotion_bien_entendu_michel-gregoire

Producteur de France Inter et France Musique de 1987 à 2003, Michel Grégoire est décédé ce dimanche à l’âge de 54 ans.

Frédéric Lodéon a ouvert aujourd’hui son Carrefour de Lodéon sur France Inter en saluant un ami « jovial, gouailleur, impertinent, très très cultivé, bon vivant ».

Animateur des nuits de France Inter de 1987 à 1996 (La Nuit au poste, La Lunella), voix des après-midi de la chaîne durant deux saisons dans Bien entendu de 1997 à 1999, Michel Grégoire était en outre à l’origine de concepts estivaux tels que Travailler c’est trop dur (1991), ou bien Poste restante (étés 1994, 1995 et 1996) sur les échanges épistolaires.

Les correspondances des auditeurs étaient également au coeur de l’émission Comme ça s’écrit en 1996-1997. Il présenta lors de cette même saison, toujours sur France Inter, le programme Nuit noire consacré à la littérature policière. En voici un extrait datant de juin 1997 :

 Illustration : promotion pour l’émission Bien entendu en 1998

50 ans de France Inter, 50 ans de titres malicieux 8 décembre 2013

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Amusant,Anniversaires,France Inter,Radio France,Titres , 1 commentaire

letransistor_50ans-franceinter_delocalisation-toulouse3

Dernier volet de la célébration du cinquantenaire de France Inter : après l’historique des logos sonores de la station, après l’évocation de quelques moments d’antenne insolites, voici un hommage aux émissions qui peuplent la grille des programmes depuis 1963.
Pour distinguer la multitude de créneaux qui occupent son antenne toute la journée, et depuis le souffle créatif transmis par Jean Garretto et Pierre Codou à la fin des années soixante, France Inter est devenue une spécialiste des titres d’émissions originaux et ses producteurs font régulièrement preuve de beaucoup d’inventivité et d’esprit dans le détournement d’expressions et d’oeuvres populaires.
Pour s’en rendre compte, voici un florilège des meilleurs jeux de mots, doubles sens, références et calembours repérés dans les grilles de programmes de la chaîne depuis ses débuts.

Les choses de la nuit par Jean-Charles Aschero (1976-1996)

Marche ou rêve par Claude Villers (1976-1978)

Comme on fait sa nuit on se couche par Claude Villers (1978-1979)

Du côté de chez swing par Jean-Michel Proust (1982-1994)

Zorro de conduite par Agnès Gribes (1983-1984)

La nuit au poste par Michel Grégoire (1987-1996)

Réveil mutin par Denis Cheyssoux (1988-1995)

Arts scéniques et bouts de ficelles par André Blanc (1990-1994)

Entre les mots et l’émoi par Emmanuel Franc (été 1990)

De cap et d’été par Vicky Sommet (été 1991)

Psychédélices par Gabriel Faivre (été 1991)

Des livres et nous par Olivier Barrot (1992-1994)

C’est la Kriss par Kriss (été 1993)

Mensonges d’une nuit d’été par Brigitte Palchine (été 1993)

Lubie or not lubie par Pierre Junière (été 1993)

Carrefour de Lodéon par Frédéric Lodéon (depuis 1993)

Curriculum vite fait par Serge Fournel (1997-1999)

Les dix mots de midi par William Leymergie (1997-1999)

Sous les étoiles exactement par Serge Le Vaillant (1997-2013)

Tête de l’art par Marie-Laure Veyret (été 1998)

Croisière sur le vinyle par Mathias Deguelle (été 2003)

Sous les palmiers, la plage par Laurence Pierre (été 2008)

Lovely planet par Olivia Gesbert (été 2009)

Les liaisons heureuses par Colombe Schneck (2009-2012)

Les savanturiers par Fabienne Chauvière (depuis 2011)

On n’a pas fini d’en lire par Laura El Makki (été 2012)

Cause commune, tu m’intéresses par Abdennour Bidar (2012-2013)

Photo : Le Transistor, délocalisation France Inter à Toulouse le 6 décembre 2013

12345...18

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus