navigation

Une archive de Skyrock sous le sapin 24 décembre 2015

Posté par Le Transistor dans : Archives,Fun Radio,NRJ,Radios disparues,Skyrock , 1 commentaire

logo-skyrock_1992

1992. Les radios pour jeunes se livrent à une véritable surenchère en matière de provocation et de vulgarité. Skyrock propose le soir dans sa libre antenne Bonsoir la planète un « grand défouloir » où l’animateur Malher encourage les saillies verbales des auditeurs, Les Zigotos proposent le matin sur la même antenne un « rodéo des insultes » dans lequel des inconnus se font copieusement injuriés au téléphone, et sur Fun Radio Arthur fouette virtuellement des auditrices dans son confessionnal matinal…

Pour le reste du paysage, l’énergique station Maxximum a laissé la place à la gentille M40, la consensuelle NRJ devient peu à peu ringarde, et les radios locales continuent à être happées en masse par les grands réseaux nationaux.

De tout cela, il est question dans la belle archive qui suit. Un cadeau de Noël à déballer et écouter patiemment : une émission de Bonsoir la planète ayant notamment pour sujet la bande FM de 1992. On y entend résolument le climat de l’époque ; époque où une parole prétendument libérée engendre surtout sur les antennes mots crus, blagues primaires et raisonnements faciles. Les adolescents sont fans !

Une archive en plusieurs parties que nous devons à Jean-Luc Provoost.

Vidéo : Boulevard du Rock sur Radio Mary Pop’ins en 1982 9 juin 2015

Posté par Le Transistor dans : Amusant,Archives,Radios disparues,Radios libres , ajouter un commentaire

letransistor_equipe_boulevarddurock_radio-mary-popins_orleans

Si une vidéo pouvait résumer parfaitement l’ambiance des radios libres au début des années 80, ce serait peut-être celle-ci.

Nous sommes à Orléans en 1982, dans le studio de Radio Mary Pop’ins, la pionnière des radios FM locales. Bruno, James, Jean-Paul et les autres y animent Boulevard du Rock le samedi soir.
Ils sont jeunes, ils sont enthousiastes, ils font les beaux derrière le micro, cigarette à la main et rock plein la bouche.

A mi-chemin entre Les Sous-doués et le cinéma de Maurice Pialat, voici une belle archive de radio oubliée, filmée en Super 8 (sonore), et que l’on doit au compte louisetv de Youtube.

Quand la FM devient coquine : six jingles fripons 14 février 2015

Posté par Le Transistor dans : Amusant,Archives,Europe 2,Fun Radio,Habillage,Nostalgie,NRJ,Radios disparues , ajouter un commentaire

letransistor_pub_funradio_1986

Saint-Valentin oblige, Le Transistor s’intéresse aujourd’hui aux habillages à la tonalité coquine.
Quand les jingles FM évoquent le désir et les étreintes, la température monte (ou pas) sur les ondes.
Voici une sélection de six monuments du kitsch extraits des années 80, six jingles tendres ou fripons provenant de NRJ, Nostalgie, Métropolys, Fun Radio et Europe 2.


NRJ en 1986 : « J’ai envie de… »


Métropolys en 1987 : « Fais-moi l’amour ! »


Métropolys en 1988 : « Elle suce en musique »

Oui. Vous avez bien lu…
Dingue, non ?


Radio Nostalgie en 1988 : « Arrête un peu c’que tu m’fais baby »


Fun Radio en 1989 : « Prenez-moi tout de suite »


Europe 2 en 1990 : « L’amour, ça se fait à deux »


Illustration : extrait publicité Fun Radio en 1986

Avant Libéradio, il y eut Radio Libé 3 juillet 2014

Posté par Le Transistor dans : Archives,Histoire,Radios disparues , ajouter un commentaire

Libération a de nouveau un studio de radio dans ses locaux. Libéradio a été lancée ce lundi alors même que son nouveau directeur de la rédaction, Laurent Joffrin, présentait son projet à l’équipe.

Ce n’est pas la première fois qu’un studio s’installe dans les locaux du quotidien. On se souvient de l’expérience menée sur la FM en 1984-1985. A l’été 1984, une équipe menée par le journaliste Bernard Langlois commence des émissions sur Espace 1901, une radio issue du regroupement de plusieurs stations (dont KLOV et Cité 96) et autorisée sur 92.8 MHz. A l’automne, le journal contrôle ce rassemblement hétéroclite et peut disposer de la fréquence pour rôder son concept de radio « music and news » avec une priorité à l’information.

A l’époque ce format est nouveau, France Info n’existe pas. Libération veut s’attaquer directement à RTL, Europe 1 et France Inter, avec un ton et un style moins plan-plan que ses grandes sœurs.

letransistor_equipe-radioliberation_1985

Un premier lancement programmé le 2 janvier 1985 est repoussé d’un mois. La radio ne porte toujours pas le nom du journal mais s’annonce simplement comme 92.8.

Fin février, c’est la crise entre Libération et sa radio. Début mars, Bernard Langlois est débarqué et remplacé par Dominique Pouchin. Trois mois plus tard, Libération jette l’éponge.

Radio Libération aura vivoté une petite année sur les ondes sans avoir pu prendre son envol. La fréquence sera reprise par Ca bouge dans ma tête, la radio de SOS Racisme, puis deviendra Ouï FM.

Voici deux archives sonores de février 1985 où l’on peut entendre les fausses publicités qui ponctuaient les programmes. Dans le second extrait, on entend Leslie Bedos qui animait la tranche 9 heures-12 heures.

Frédéric – RadioBrest.net

Photo : l’équipe de Radio Libération en 1984 © Jean-Claude Coutausse – Extrait de « 40 ans, le livre anniversaire »

Radio Luxembourg où le succès d’une station qui n’émettait que le soir 21 mars 2013

Posté par Le Transistor dans : Archives,Etranger,Histoire,Radios disparues,RTL , 2 commentaires

Avec une audience estimée à quatre millions d’auditeurs en soirée, le programme anglais de RTL était très populaire il y a une trentaine d’années dans toute l’Europe, y compris au-delà du rideau de fer.
Produit depuis le Grand-Duché, il portait le bon vieux nom de Radio Luxembourg et était diffusé sur ondes moyennes (208 mètres, 1440 kHz) dont la portée est accrue dès que la nuit tombe.

En 1980, la soirée débutait à 19 heures avec un programme baptisé RTL International.

RTL International était une sorte de hit-parade en plusieurs langues : néerlandais, anglais, allemand, parfois un peu de français, d’italien ou d’espagnol ; avec, entre chaque morceau, des annonces pour mettre en relation les auditeurs afin qu’ils puissent correspondre ensuite par courrier.

Trois quarts d’heure plus tard, l’émission laissait la place à Qui Italia ; quinze minutes produites par la RAI pour les Italiens expatriés.

Les auditeurs entendaient ensuite l’ouverture du programme anglais animé pendant quatre, cinq, voire six heures par de talentueux DJ britanniques.

Le programme anglais de Radio Luxembourg a quitté les ondes moyennes aux dernières heures de 1991. Un an plus tard, celui que les fans surnommait The Great 208, cessait ses émissions via le satellite Astra.

Radio Luxembourg où le succès d'une station qui n'émettait que le soir dans Archives logo_luxy208

Archives sonores de 1980.
Source : Frédéric – RadioBrest.net

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus